Les Dalits catholiques d'Inde déposent plainte aux Nations Unis contre le Vatican

Inde, 07.07.2015 (cath.ch/apic) Les Dalits catholiques indiens ont déposé plainte aux Nations Unis le 30 juillet 2015 contre le Vatican. Ils accusent le Saint-Siège de n’être pas suffisamment actif pour mettre un terme à la discrimination que subissent les intouchables au sein même de l’Eglise catholique d’Inde.

«Il existe des cimetières séparés pour les Dalits chrétiens. Même dans les églises, les bancs sont arrangés de manière à ce que les Dalits soient séparés du reste de la communauté. Lorsqu’il y a des processions, celle-ci ne passent pas dans les rues où vivent les Dalits chrétiens» témoigne Kudanthai Arasan, président de la Viduthalai Tamil Puligal Katchi. Son association de défense des droits humains, ainsi que le Mouvement de libération des Dalits chrétiens (DCLM) ont déposé une plainte au centre d’information des Nations Unis pour l’Inde et le Bhoutan à Delhi à l’intention du secrétaire général Ban Ki-moon.

Une délégation de 22 membres de ces deux associations demande à l’ONU, ainsi qu’à d’autres associations de défense des droits humains, d’exhorter le Saint-Siège à bannir les pratiques de discriminations basées sur les castes. Si le Vatican ne prend pas les mesures nécessaires, les plaignants souhaitent qu’en représailles le statut d’observateur à l’ONU soit retiré au Saint-Siège.

Les Dalits quasiment absent de la hiérarchie catholique.

Les Dalits représentent 70 % de la population catholique indienne, mais sont très peu présents dans la hiérarchie. Sur environ 200 évêques, seuls 9 sont issus de la communauté Dalit. «Nous avons fait entendre nos voix à maintes reprises pour mettre un terme à ces pratiques à l’intérieur de l’Eglise catholique indienne, mais nous nous sommes heurtés à un dialogue de sourds», déclare Mary John, le président du Mouvement de libération des Dalits chrétiens.

Les organisations de défense des Dalits chrétiens accusent la Conférence des évêques d’Inde de ne pas traiter cette question avec le Vatican. «Ils ont déclarés que la discrimination basée sur l’appartenance à une caste était un péché, mais eux-mêmes la pratique» affirme Mary John.

Du côté de la Conférence des évêques d’Inde, le Frère Joseph Chinnayyan, secrétaire général adjoint, a déclaré à l’agence de presse ucanews.com, n’avoir pas connaissance d’une telle plainte «nous y donnerons réponse une fois que nous en auront été informés».

Un jésuite à l’origine du Mouvement de libération des Dalits chrétiens

Le Mouvement de libération des Dalits chrétiens a été fondé par le Père jésuite Antony Raj. De retour en Inde en 1986, après des études en sociologie à Chicago, il mène une enquête sur les discriminations contre les Dalits chrétiens au Tamil Nadu. Les résultats de cette recherche de terrain le conduisent à fonder le «Mouvement de libération des Dalits chrétiens». Cet engagement lui a valu l’inimitié de quelques évêques qui firent pression sur le Général de la Compagnie de Jésus et obtinrent ainsi la prise de distance du père Raj par rapport aux mouvements militants. (cath.ch-apic/ucanews.com/ce)

7 juillet 2015 | 15:53
par Catherine Erard
dalits (7), Discrimination (18), Inde (158)
Partagez!