International

Les évêques argentins préoccupés par la situation dans les prisons

La Pastorale carcérale des évêques argentin a exprimé sa «douleur et grande préoccupation» concernant la situation dans les prisons du pays. La Conférence épiscopale a demandé des «mesures extraordinaires» pour faire face à la pandémie du Covid-19 dans ces établissements.

Les prélats argentins ont estimé que «les prisons et complexes pénitenciers constituent un domaine nécessitant la plus grande attention». Ils ont également expliqué que la surpopulation carcérale obligeait à un traitement urgent de la question, notamment dans la perspective de libérer des détenus en attente de leur jugement. Parmi eux figurent des personnes qui pourraient purger des peines alternatives, des personnes ayant de graves problèmes de santé, des femmes enceintes, ou encore des personnes âgées de plus de 65 ans.

Ces prises de positions de la Pastorale carcérale de la Conférence épiscopale argentine (CEA) surviennent alors que, le 24 avril 2020, des incidents ont eu lieu à la prison de Villa Devoto, dans la région de Buenos Aires. Ils ont fait plusieurs blessés parmi les prisonniers et les agents pénitenciers. Les protestations avaient débuté vers 8 heures du matin et ont duré jusqu’à 18 heures, avant qu’un accord soit trouvé et qu’une table ronde soit organisée afin d’évaluer un recours plus important à la détention à domicile pour les populations carcérales les plus à risque face au Covid-19, et la commutation de peines, entre autres sujets.

Violence et abandon

«La pandémie du nouveau coronavirus frappe toute la société, sans distinction. En même temps, elle met en évidence les déficiences et précarités déjà existantes dans des communautés spécifiques. Notre pays n’échappe pas à cette règle et le Covid-19 reflète les grandes contradictions et carences qui existent et détruisent de manière notable le tissu social», a averti la commission épiscopale.

«Les situations de violence, d’abandon, d’indifférence, d’égoïsme, d’oubli et de division provoquent des lésions quasi mortelles dans une société comme la nôtre qui ne supporte déjà plus les attaques aux droits humains», indique également le communiqué. La commission des évêques a en outre dénoncé une surpopulation carcérale «inhumaine», évaluée à 100% (n.d.l.r. 40’000 détenus pour 20’000 places de prison), d’après le ministère de la Justice lui-même.

Mobilisation de l’État

La Pastorale carcérale a fait plusieurs fois référence aux propos du pape François alors qu’il célébrait le Vendredi Saint sur la Place Saint-Pierre. Le pontife argentin avait justement abordé le thème carcéral. La commission épiscopale considère ainsi qu’il est «fondamental d’établir une politique cohérente de ressources humaines, car les personnes qui travaillent dans les prisons sont les acteurs centraux du traitement pénitentiaire».

D’après l’Université Johns Hopkins, au 27 avril 2020, l’Argentine comptait 4’003 cas de personnes infectées par le Covid-19 et 197 décès. (cath.ch/jcg/rz)

La situation dans les prisons argentines devient de plus en plus précaire | © Photo d'illustration:Tiago Pinheiro/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0
28 avril 2020 | 17:25
par Jean-Claude Gérez
Argentine (129), Coronavirus (385), prison (75)
Partagez!