La rupture d'un barrage minier, à Brumadinho, a ravagé tout une zone au Brésil |  DR
International
La rupture d'un barrage minier, à Brumadinho, a ravagé tout une zone au Brésil | DR

Les évêques brésiliens solidaires des victimes de la catastrophe minière

27.01.2019 par Jean-Claude Gerez, correspondant de cath.ch en Amérique latine

Les évêques du Brésil ont exprimé 26 janvier 2019 leur solidarité avec les proches des victimes de la rupture du barrage minier de l’entreprise Vale, à Brumadinho, dans l’État du Minas Gerais, au centre du pays. Ce nouveau désastre, trois ans après celui du barrage de Mariana, dans la même région, a fait au moins 37 morts et quelque 250 disparus.

Dans un communiqué, la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) affirme sa solidarité avec les familles des victimes, alors que le bilan s’élevait, au matin du 27 janvier à 37 morts et 250 disparus. Le message regrette que les enseignements de la catastrophe de Mariana n’aient pas été tirés. Le 5 novembre 2015, en effet, un autre barrage de la même entreprise, à Mariana, à une centaine de kilomètres plus à l’est, avait cédé, faisant 19 morts. Sans compter les terribles conséquences environnementales.

Les évêques exigent des contrôles plus rigoureux

La présidence de la CNBB relève que “les familles des victimes et les communautés espèrent de la part de l’exécutif de la rigueur dans la vérification des installations. Le pouvoir législatif de son côté doit revoir le Code des Mines (NDLR loi qui régit l’exploitation minière au Brésil). Quant au pouvoir judiciaire, il doit accomplir sa mission avec rapidité et justice.

Désigner les responsables

La CNBB appelle à “désigner les responsables de ce lamentable épisode pour l’État du Minas Gerais et du Brésil”. En conclusion la présidence de la CNBB assure prier pour les familles, les communautés et appelle chaque chrétien à “s’associer aux frères et sœurs qui souffrent de la perte d’êtres chers”. (cath.ch/jcg/mp)


Mine d'or clandestine à la frontière entre le Pérou et le Brésil, en Amazonie | © JC Gerez

Brésil: violences record dans les conflits ruraux en Amazonie

Amazonie Famille d'Indiens devant leur maison | © Jean-Claude Gerez

Un "contre-synode" sur l’Amazonie organisé à Rome par Bolsonaro ?

Actualités ›