Suisse

Les évêques suisses veulent permettre la 'réinstallation' des réfugiés

Les évêques suisses ont exprimé, le 16 septembre 2021, leur sympathie et leur profonde inquiétude quant à la situation actuelle des réfugiés dans le monde entier. Ils soulignent la responsabilité particulière de la communauté internationale envers l’Afghanistan.

Dans un communiqué publié à l’issue de sa 333e assemblée ordinaire, réunie à Viège (VS), la Conférence des évêques suisses (CES) relève que dans de nombreuses cures et paroisses, des personnes entretiennent des contacts et ont des liens d’amitié avec des d’Afghans et partagent leur inquiétude pour leurs proches dans leur pays d’origine. « Là où l’évangile dit : des pauvres, vos en aurez toujours » (Matthieu 26:11), nous entendons aujourd’hui : « des réfugiés, vous en aurez toujours. » Cette parole nous tient les oreilles et le cœur en alerte », affirme Mgr Jean-Marie Lovey en tant que membre responsable pour la pastorale de Migration. La CES remercie les fidèles ainsi que les œuvres d’entraide pour leur engagement en faveur des migrants.

La CES a souscrit à la déclaration du Conseil suisse des religions invitant les gouvernements à réagir à cette situation en faisant preuve d’humanité, en fournissant une aide rapide, en facilitant les départs et en accordant l’asile. La déclaration interreligieuse sur les réfugiés publiée en 2018 par le Conseil reste valable. Un point important de cette déclaration est la «réinstallation» des réfugiés, selon laquelle les réfugiés reconnus par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et qui sont dans l’impossibilité de rester dans le pays dans lequel ils séjournent doivent pouvoir se déplacer vers des pays tiers prêts à les accueillir. L’Église catholique, à l’instar d’autres communautés religieuses, a déjà proposé une aide concrète dans de nombreux endroits de Suisse. La CES lance donc un appel au monde politique suisse : des mesures doivent être prises rapidement pour améliorer l’accueil de réfugiés sous la forme de programme de réinstallation, et les réfugiés d’Afghanistan déboutés doivent pouvoir être admis au moins temporairement en Suisse.

Calendrier en vue du Synode des évêques 2023

Les 9 et 10 octobre prochains, une cérémonie solennelle à Rome donnera pour l’Église catholique romaine le coup d’envoi de l’itinéraire synodal, qui culminera avec le synode en 2023. Le pape François souhaite une Église synodale – une Église où chacun est à l’écoute des autres et où chacun parle aux autres, rappellent les évêques suisses.

Une semaine plus tard, le 17 octobre, le Synode commencera dans les diocèses du monde entier. Dans un premier temps, il s’agira de consulter les croyants des diocèses (phase diocésaine). A cet égard, les membres de la CES ont discuté des activités prévues dans les divers diocèses.

Auront ensuite lieu la phase continentale (2022) et la phase universelle à Rome (2023). La CES a défini un calendrier commun pour les étapes intermédiaires requises au niveau de la CES. La démarche porte en premier lieu sur des questions concernant « la communauté, la coopération et la mission » de l’Église.

Pour accompagner le processus synodal, les évêques recommandent de recourir à nouveau davantage aux quatre « Prières eucharistiques pour des circonstances particulières ». En effet, elles sont issues de la « prière eucharistique synodale », qui a été récitée pendant le synode 72 en Suisse, et ont ensuite été ajoutées au missel pour le monde entier. 

Motu proprio Traditionis custodes

Par le motu proprio Traditionis custodes, le pape François a édicté de nouvelles dispositions pour la gestion des formes liturgiques qui ont précédé le Concile Vatican II. Les évêque suisses en ont discuté et ont trouvé un accord pour une approche commune prenant en considération la situation dans les différents diocèses. La mise en œuvre concrète incombera aux évêques diocésains et abbés territoriaux.

Covid: Personne n’a le droit de contaminer autrui

Depuis le 13 septembre 2021, il est obligatoire de présenter un certificat Covid pour participer aux cérémonies religieuses et autres réunions ecclésiales et religieuses de plus de 50 personnes dans des espaces clos, rappelle la CES. Il s’agit  d’un signe manifeste que la pandémie de Covid n’est pas encore terminée. Seule la solidarité permettra d’en venir à bout souligne  la CES. « Se vacciner est un acte d’amour », a déclaré le pape François, « d’amour de soi, d’amour des proches et amis et d’amour entre les peuples. Par de tels gestes simples, nous pouvons tous contribuer à changer et à améliorer la société ». Les évêques suisses encouragent donc tous les prêtres, aumôniers et croyants à se faire vacciner contre le coronavirus. Personne n’a le droit de contaminer autrui.

 Abus sexuels dans le contexte ecclésial

La CES a pris connaissance des statistiques 2020 des annonces reçues par les groupes d’experts diocésains concernant des abus sexuels dans le contexte ecclésial. Deux cas ayant eu lieu après l’an 2000 ont été annoncés. Ils concernent des personnes adultes.

Par ailleurs, 19 cas prescrits ont été annoncés, dont 15 se sont déroulés entre 1950 et 1980. Les statistiques montrent que les mesures prises depuis 2002 font effet. Le nombre de cas annoncés reste dans le même cadre de ces dernières années (ne sont pas compris les cas annoncés à la CECAR que celle-ci traite elle-même).

La CES invite une nouvelle fois les victimes à s’annoncer aux groupes d’experts diocésains ou à d’autres services reconnus d’aide aux victimes. (cath.ch/com/mp)

Élection de la présidence de la CES (2022-2024)
Les membres de la CES ont confirmé à leur fonction les membres de la présidence pour la prochaine période: Mgr Felix Gmür (évêque de Bâle), président, Mgr Markus Büchel (évêque de St-Gall), vice-président Mgr Alain de Raemy (évêque auxiliaire de Lausanne-Genève-Fribourg), membre de la présidence.
Plusieurs domaines d’attribution seront modifiés comme suit à partir du 1er janvier 2022 : Responsable pour le dialogue œcuménique : Mgr Joseph Maria Bonnemain (coresponsable : Abbé Urban Federer)
Responsable pour la Commission pour le dialogue avec les Musulmans : Mgr Alain de Raemy, évêque auxiliaire (sortant) (coresponsable : Mgr Charles Morerod)Responsable pour le dialogue avec les distancés et les non-croyants : Mgr Charles Morerod (coresponsable : Mgr Alain de Raemy, évêque auxiliaire)
Responsable pour le monde de la culture : Mgr Charles Morerod (coresponsable : Mgr Alain de Raemy, évêque auxiliaire)
Responsable pour l’apostolat des laïcs : Mgr Joseph Maria Bonnemain (coresponsable : Mgr Markus Büchel)
Responsable pour les questions féminines / Conseil des femmes : Mgr Markus Büchel (sortant) (coresponsable : Mgr Joseph Maria Bonnemain).

Nominations
La CES a nommé les prêtres suivants aux postes de coordinateurs nationaux: 
Egidio Todeschini, Schaan/FL, pour les communautés italophones (50%)
Aloisio Araujo, Lucerne, pour les communautés lusophones (30%)
Antonio Šakota OFM, Zurich, pour les communautés croatophones (30%)
Krzysztof Wojtkiewicz, Marly/FR, pour les communautés polonophones (20%)
Le coordinateur pour les communautés hispanophones sera nommé ultérieurement.
Par ailleurs, la CES a nommé l’abbé Jean-Pierre Brunner (Naters/VS) au poste de juge à l’Officialité interdiocésaine.

Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle, a été réélu à la présidence de la CES | © Maurice Page
16 septembre 2021 | 11:50
par Maurice Page
Abus sexuels (803), Afghanistan (28), CES (273), Covid-19 (263), Réfugiés (348), Synode (95), Traditionis Custodes (14)
Partagez!