Vatican

Les Hérauts de l’Evangile dans le collimateur du pape François

L’Association internationale des Hérauts de l’Evangile, un mouvement conservateur fondé au Brésil, a été placée sous l’autorité d’un commissaire pontifical avec l’approbation du pape François. Certains membres sont accusés d’être entrés en communication avec le diable, mais les Hérauts de l’Evangile se disent victimes d’une «persécution religieuse» et d’une «inquisition pharisaïque».

Les Hérauts de l’Evangile (Arautos do Evangelho), et ses deux branches de vie consacrée, masculine et féminine, ont été placés sous l’autorité du cardinal brésilien Raymundo Damasceno Assis. L’archevêque émérite d’Aparecida sera accompagné de deux assistants, Mgr José Aparecido Gonçalves de Almeida, évêque auxiliaire de Brasilia et sœur Marian Ambrosio, supérieure générale des Sœurs de la Divine Providence.

Sous enquête depuis 2017

La décision du pape intervient après l’enquête initiée en 2017 par la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, dirigée par le cardinal brésilien João Braz de Aviz.

En juin 2017, la Congrégation, en accord avec le Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, avait demandé une visite apostolique à l’institution dite des Hérauts de l’Evangile, dont l’association internationale publique de fidèles de droit pontifical Hérauts de l’Evangile, la société de vie apostolique cléricale Virgo Flos Carmeli et la société de vie apostolique féminine Regina Virginum font partie.

Dans le sillage de la ‘nouvelle évangélisation’ voulue par Jean Paul II

Fondé par Mgr João Scognamiglio Clá Dias – ancien membre de l’Association catholique traditionaliste d’extrême-droite brésilienne TFP (Tradition, Famille et Propriété) – les Hérauts de l’Evangile s’inscrivent dès leur origine dans la ‘nouvelle évangélisation’ appelée par Jean Paul II.

La décision du Saint-Siège ne doit pas être considérée «comme une punition», assure un communiqué de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, mais comme une «initiative visant le bien» des institutions. Il s’agit de permettre de résoudre ses «problèmes existants».

Nombreuses «lacunes»

Ces choix, peut-on lire encore, sont liés aux «lacunes concernant le style» de gouvernement, la vie des membres du Conseil, la pastorale des vocations, la formation des nouvelles vocations, l’administration, la gestion des œuvres et la collecte des ressources.

Plusieurs articles en 2017 mentionnaient des cérémonies d’exorcisme au sein de cette institution pendant lesquelles certains membres entraient en communication avec le diable. Un article du site britannique Dailymail faisait encore état de séances durant lesquelles était évoquée la mort du Souverain pontife.  

Critiques envers le pape François

Les statuts des Hérauts de l’Evangile définissent trois lignes maîtresses: l’adoration du Saint-Sacrement, la dévotion à Marie et la fidélité au pape. Leurs écrits récents sont cependant très critiques envers le pape François. Les membres associés se vouent au célibat et vivent en communautés, masculines ou féminines. Ils restent laïcs dans leur grande majorité et ne prononcent pas de vœux.

Les Hérauts de l’Evangile sont une association internationale de fidèles de droit pontifical, la première érigée par le Saint-Siège dans les années 2000, le 22 février 2001, et présente dan plus de 70 pays. Les Hérauts sont reconnaissables à leur habit brun et blanc, avec une grande croix sur la poitrine, semblable à celui des chevaliers médiévaux. Les deux sociétés de vie apostolique qui en ont résulté ont obtenu une reconnaissance pontificale en 2009. (cath.ch/vaticannews/imedia/ah/be)

Le pape Jean Paul II avec Mgr João Scognamiglio Clá Dias, ancien membre de l'Association catholique traditionaliste brésilienne TFP | © fr.arautos.org
29 septembre 2019 | 11:14
par Jacques Berset
Partagez!