Suisse

Les Jeunes de Lourdes font leur pèlerinage en Suisse romande

En 2021, les Jeunes de Lourdes n’ont pas pu, à cause de la pandémie, réaliser leur pèlerinage d’été au sanctuaire marial. Ils ont opté, dans le cadre de l’événement «Lourdes autrement», pour une semaine de visites auprès des personnes malades et en situation de handicap en Suisse romande.

«J’irai au bout de mes rêves». La douzaine de Jeunes de Lourdes entonne avec enthousiasme la chanson de Jean-Jacques Goldmann à l’ombre d’un vaste noyer, dans le parc du centre médico-éducatif de La Castalie, à Monthey (VS). Des personnes de tous âges sont réunies dans ce décor paisible et verdoyant. Règne une ambiance festive et spontanée, entre chants profanes et religieux, témoignages et célébration.

Rejoindre les personnes où elles vivent

Le groupe des Jeunes de Lourdes se met depuis des années au service des pèlerins malades ou avec handicap se rendant au pèlerinage d’été de la Suisse romande au sanctuaire du sud-ouest de la France. Cette année, les mesures sanitaires en lien avec la pandémie les ont forcés à renoncer à leur périple.

Les Jeunes de Lourdes ont échangé avec les résidents de La Castalie (Monthey) | © Raphaël Zbinden

Ils ne pouvaient pourtant pas se résoudre à rester inactifs, explique Rachel Maillard, animatrice du groupe. «Puisque nous ne pouvions pas faire le pèlerinage habituel, nous avons choisi de visiter les personnes dans les lieux où elles vivent».

Les ados et les jeunes, en tout une quarantaine, accompagnés des animatrices et animateurs, se rendent ainsi, du 19 au 23 juillet, dans plusieurs lieux de Suisse romande, alternant les moments de chant, de prière, les messes, les échanges avec les résidents, sans oublier les activités de détente.

Périple en Suisse romande

La visite à La Castalie, le 20 juillet, est la seconde étape de leur pèlerinage dans le cadre de l’événement «Lourdes autrement». Le lundi 19, les jeunes se sont installés dans leur «QG», à l’internat de St-Maurice. Ils y ont fait connaissance et ont été briefés pour la semaine. Après l’institut de Monthey, ils ont rencontré, mercredi 21, la communauté de l’Arche, à Fribourg, et participé à une procession mariale aux flambeaux, en Gruyère. Le programme de jeudi et de vendredi les mènent à Cérébral Valais, à Vétroz, et à la Fondation valaisanne en faveur des personnes avec une déficience intellectuelle (FOVAHM) (Saxon) ou au foyer «Valais de Cœur», à Sierre.

A La Castalie, le moment de partage de jeunes avec la quinzaine de personnes accueillies est intense. Entre masques et désinfectant, tout est évidemment mis en place pour assurer la sécurité des résidents. Malgré ces «barrières» physiques, la proximité des cœurs est perceptible.

Oser croire en notre page d’Evangile

Siffler sur la colline, Les yeux revolver, Santiano…la première partie de l’après-midi est marquée par une animation musicale qui met à l’honneur la variété française.

José Mittaz se met ensuite derrière l’autel improvisé. Le chanoine du Grand-St-Bernard rappelle dans son homélie que tout ce que le Christ a eu besoin de recevoir, il l’a donné plus loin. Dans une ambiance marquée par des interventions spontanées de résidents, il souligne que «les imperfections peuvent devenir des instruments au service de la vie».

Appelant à «oser croire en la page d’Evangile de chacune de nos vies», il invite plusieurs jeunes à témoigner devant l’assemblée. «Pour trouver Dieu, j’ai eu besoin des autres», lance Camille Ulrich, de Genève. A un moment où elle s’est posée plein de questions sur sa vie, son engagement auprès des personnes lui a apporté des réponses. «La simplicité des contacts ramène à l’essentiel», relève la jeune fille.

Pauline Bena, de Neuchâtel, n’avait pas d’attente particulière en rejoignant les Jeunes de Lourdes. Elle trouvait important de sortir de sa zone de confort et voir si elle était capable d’aller vers les autres.

Le sens de Lourdes

Après la messe et les témoignages, la visite se conclut par le partage d’un verre de l’amitié. Beaucoup de jeunes, avant de s’intéresser aux limonades et aux gâteaux, vont vers les résidents. Ils les entourent, leur offrent des mots d’espérance et de réconfort.

José Mittaz, chanoine du Grand-St-Bernard, a célébré la messe | © Raphaël Zbinden

Un échange qui fait beaucoup de bien aux personnes accueillies, assure Vanessa, en apprentissage d’aide-soignante depuis deux ans à La Castalie. «On perçoit un changement positif quand ils ont ce genre d’activités. Surtout quand ils peuvent communiquer avec des jeunes, qui sont à l’écoute».

«Dès qu’on décloisonne, le monde va un peu mieux», commente José Mittaz.

Certes, les jeunes sont déçus de n’avoir pas pu rejoindre ce lieu mythique et plein de spiritualité qu’est Lourdes. Mais c’est peut-être près de chez eux, qu’ils ont pu, comme ils l’ont chanté auparavant, aller au bout de leur rêve et trouver l’essentiel. La Valaisanne Faustine May rappelle finalement à l’adresse des résidents de La Castalie: «Pour nous, le sens de Lourdes, c’est vous!» (cath.ch/rz)

Cette année, les Jeunes de Lourdes ont réalisé leur pèlerinage en Suisse romande | © Raphaël Zbinden
21 juillet 2021 | 16:59
par Raphaël Zbinden
Partagez!

«Lourdes autrement» est un événement pastoral romand, qui se déroule sous l’égide de la Conférence des ordinaires romands (COR) et qui concerne tous les diocèses et cantons de Suisse romande.
Outre le «pèlerinage romand» des plus de 40 ados et jeunes, il se décline en plusieurs variantes. 150 pèlerins des six cantons romands sont notamment à Lourdes avec le groupe des familles et celui des pèlerins. C’est la première fois que la Suisse romande retourne à Lourdes depuis 2019. Les célébrations de Suisse romande sont retransmises sur internet et 70 familles suivent la variante «à la maison» avec un carnet de prière préparé pour elles.