Suisse

Les juifs demandent une plus grande surveillance de l'extrême droite

Suite à l’attaque contre une synagogue de Halle (Allemagne), le 9 octobre 2019, la communauté juive de Suisse demande que la Confédération prenne plus au sérieux le terrorisme d’extrême droite. Le même jour, le Conseil fédéral a adopté l’ordonnance sur un soutien accru à la sécurité des minorités en danger.

«Il est certain qu’un ajustement doit être fait par rapport à la surveillance des groupes d’extrême droite en Suisse», estime Sabine Simkhovitch-Dreyfus. La vice-présidente de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) souligne que jusqu’à maintenant, les efforts de renseignement ont surtout été dirigés vers les milieux islamistes. Mais selon elle, les récents attentats, et en particulier celui de Halle, montrent que des individus véhiculant des idées d’extrême droite peuvent réaliser des opérations potentiellement très meurtrières et ceci dans n’importe quel pays.

Massacre sur internet

Un terroriste a tenté, le 9 octobre 2019, de pénétrer dans une synagogue de Halle, à l’est de l’Allemagne, afin de commettre un massacre. Le lieu de culte était alors bondé en ce jour de célébration du Yom Kippour, Jour du Grand Pardon. L’assaillant n’a cependant pas réussi à ouvrir une des portes du bâtiment qui était fermée. L’homme s’est dirigé vers l’entrée de la synagogue, où il a abattu une personne. Il a ensuite approché un restaurant turc qu’il a attaqué à la grenade, avant de tirer à l’arme automatique et de tuer un client. Il a pris la fuite avant d’être blessé et interpellé par la police. Selon certains médias, il aurait filmé ses deux attaques avant de les télécharger sur internet. Le parquet antiterroriste allemand a confirmé avoir «des preuves suffisantes d’un possible lien avec les milieux d’extrême droite».

Terreur d’extrême droite

L’attaque vient confirmer une tendance à la hausse des actes de violence commis par des personnes proches de l’extrême droite. Selon le ministère allemand de l’Intérieur, 8’605 délits ont été comptabilisés au premier semestre 2019, soit 900 de plus qu’en 2018 sur la même période.

Une montée en violence de la droite extrême qui semble toucher toute la sphère occidentale, ces deux dernières années. Le 27 octobre 2018, un ‘suprémaciste blanc’ a abattu 11 personnes dans la synagogue «Tree of Life» de Pittsburgh, à l’est des Etats-Unis. Le 15 mars 2019, un extrémiste de droite a tiré pendant près de 20 minutes à l’arme automatique sur les fidèles de deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, avant d’être maîtrisé par la police. Il transmettait également son acte en direct sur internet.

En Suisse romande, la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD) a relevé une augmentation des actes violents contre la communauté israélite en 2018, après trois ans de chiffres stables. En avril 2019, un individu a déféqué au pied de la stèle commémorative de la Shoah, devant la synagogue Beth-Yaacov, à Genève.

La Confédération soutient la protection des minorités

Sabine Simkhovitch-Dreyfus estime que la Suisse abrite peut-être moins de groupuscules d’extrême droite que par exemple l’Allemagne. Elle avertit cependant qu’une attaque meurtrière du genre de celle de Halle est également possible sur notre territoire. La responsable israélite relève que la protection extrêmement coûteuse des synagogues helvétiques est très largement à la charge des communautés.

Elle se réjouit donc que, le 9 octobre 2019, sans que cela n’ait de lien avec l’attaque de Halle, le Conseil fédéral ait adopté l’ordonnance sur un soutien accru à la sécurité des minorités en danger. Cela permettra de renforcer la protection et la sécurité des minorités et décharger enfin celles-ci d’une petite partie des coûts qu’elles supportent, note-t-elle. La vice-présidente de la FSCI parle cependant, avec la mise en place à cet effet d’un montant plafonné à 500’000 francs, pour toutes les communautés bénéficiaires, d’une mesure «symbolique». Au vu des coûts très importants générés par la surveillance des synagogues, elle attend que les cantons s’impliquent également davantage dans ce domaine. (cath.ch/ag/rz)

Les Juifs suisses «atterrés» par les agressions de Halle

«Les Juifs suisses sont bouleversés et proches en pensée des victimes et de leurs proches, auxquels la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) et la Plateforme des Juifs Libéraux de Suisse (PJLS) expriment leur sympathie et leur compassion», rapportent les deux organisations faîtières dans un communiqué du 10 octobre.

«En même temps qu’ils touchent la communauté juive de tous les pays du monde, ces attentats terroristes visent l’ensemble de la société ayant pour fondement la démocratie, la liberté et la paix», poursuit le texte. La FSCI et la PJLS appellent ainsi à «s’engager pour la considération et le respect de tout être humain et à s’élever avec détermination contre les idéologies destructrices, de manière à supprimer le terreau dont ces horreurs se nourrissent». RZ

Deux personnes ont été tuées à proximité de la synagogue de Halle, en Saxe-Anhalt | © Keystone
10 octobre 2019 | 15:18
par Raphaël Zbinden
Antisémitisme (26), Juifs (77), Terrorisme (198)
Partagez!