Suisse

Les petits anges du Pèlerinage des malades

Broc, 6 mai 2015 (Apic) Une vingtaine de jeunes Fribourgeois, de 12 à 17 ans, s’activent autour de la chapelle des Marches, près de Broc, ce mercredi 6 mai 2015, pour accueillir les pèlerins venus en nombre à l’occasion du traditionnel Pèlerinage des malades. Plus de 400 personnes, âgées pour la plupart, bénéficieront de leur présence, de leur attention et de leur aide tout au long de cette journée.

«Lorsque les pèlerins arrivent, il faut du temps pour briser la glace, confie Diana, 17 ans, mais à la fin de la journée, ils deviennent un peu comme nos amis». La jeune fille est là pour la deuxième année consécutive, au service des pèlerins qui viennent, pour la plupart, des maisons de retraite du canton. «Lorsqu’ils descendent des bus, on les accueille et on les accompagne à leur place, sous la grande tente, pour la messe», explique-t-elle avant de prendre le bras d’une dame âgée.

Des rencontres authentiques

Sa journée s’annonce chargée. Une fois la messe de 10 heures terminée, il faudra servir le repas et faire la vaisselle avant d’accompagner les pèlerins durant la procession. Mais toutes ces activités laissent de la place à des moments de partage, clairsemés de regards complices. «Nous avons de la chance, confie Emma, ça nous rajeunit.»

«Chaque année, nous venons donner un coup de main», explique Wanceslas Rémié, aumônier au cycle d’orientation de Romont. «C’est une activité que l’on propose aux jeunes. Cette année, neuf filles sont venues. Au début, elles appréhendent un peu, elles ne savent pas trop ce qu’elles pourront dire aux malades. Je leur ai simplement demandé de s’intéresser vraiment à eux, de les regarder dans les yeux et de parler lentement. C’est tout, mais ça suffit pour que le courant passe».

A la rencontre de la vulnérabilité

Pour l’aumônier, il est important que les jeunes puissent aller à la rencontre des personnes âgées, de leur expérience, mais aussi de leur vulnérabilité. «Ils éprouvent ainsi qu’ils peuvent être utiles, ce qui nourrit leur estime personnelle, et puis ils reçoivent beaucoup des personnes âgées et de leur expérience de vie. Ne dit-on pas que lorsque l’une d’elle s’éteint, c’est comme une bibliothèque qui brûle?»

«Il n’y a pas, d’un côté les personnes qui reçoivent et, de l’autre, celles qui donnent, explique Mgr Farine, évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg, accompagnateur spirituel du pèlerinage. «Chacun a quelque chose à offrir.»

Les générations se mêlent

Un échange auquel tiennent beaucoup les personnes âgées. «C’est important que les générations se mêlent parce que les jeunes nous bousculent un peu, sourit Lucette, ils nous obligent à voir les choses autrement et à sortir de nos carcans. On dit souvent que c’est des crapules, mais pas du tout, ils sont capables d’être très généreux».

Au moment de partir en procession, les liens sont tissées et les craintes estompées. «Vous savez, on ne leur apporte pas grand chose, confie Diana, mais ils ont le sourire et c’est le plus beau cadeau qu’ils peuvent nous offrir».


Encadré: Le Pèlerinage des malades

Le Pèlerinage des malades est organisé par le Comité de l’Oeuvre des malades de Notre-Dame des Marches. Il a lieu chaque année au mois de mai. Les pèlerins sont accueillis à 9 heures puis assistent à la messe de 10 heures – présidée cette année par Mgr Farine, évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg. A midi, ils prennent part au repas puis, à 14 heures, à la procession. Depuis 2002, à l’initiative de Jean-Marc Théraulaz, alors instituteur en sixième primaire à Broc, des jeunes accompagnent les malades tout au long de la journée.

Notre-Dame des Marches

Le sanctuaire des Marches est cher au cœur des Fribourgeois et des chrétiens amoureux de ce lieu marial. Même si la pratique religieuse s’amenuise, le culte marial reste vivant. Aux Marches, «la Mère de Jésus aime à répandre ses grâces». De nombreux ex-voto attestent de guérisons miraculeuses. Chacun peut inscrire dans le grand livre des intentions ses requêtes, ses soucis: ils seront portés devant Dieu lors des liturgies. (apic/arch/pp)

Une vingtaine de jeunes bénévoles fribourgeois ont accompagné le Pèlerinage des malades
7 mai 2015 | 00:15
par Pierre Pistoletti
Partagez!