Vatican

«Les religieuses en Amazonie sont déjà des diacres»

 »Devant un enfant en train de mourir», le titre «n’est pas ce qui compte», a lancé Sœur Alba Teresa Cediel Castillo, auditrice durant le synode pour l’Amazonie, le 28 octobre 2019, lors d’une conférence de presse au siège de l’Union internationale des supérieures générales (UISG) à Rome. Avec d’autres religieuses présentes dans l’aula, celle-ci a effectué un bilan de ces trois semaines de synode, quelques jours après la publication du document final.

Pas moins de 23 religieuses ont participé à ce synode. Le document de travail issu de cet événement est donc aussi «le fruit de leur présence», a souligné la présidente de l’UISG, Sœur Jolanda Kafka, religieuse de la congrégation de Marie Immaculée. Cet événement a permis de faire entendre la «réalité concrète» de l’Amazonie vécue par bon nombre de religieuses, a quant à elle noté Sœur Zully Rosa Rojas Quispe, missionnaire dominicaine du rosaire.

«Le titre n’est pas ce qui compte»

Par le service qu’elles rendent auprès des populations délaissées, «les religieuses sont diacres» de fait en Amazonie, et ce «bien que l’Eglise ne les appelle pas de la sorte», a déclaré la salésienne Sœur Alba Teresa Cediel Castillo. «Devant un enfant en train de mourir», le titre «n’est pas ce qui compte», a pointé la Colombienne, pour qui la question du diaconat féminin s’avère «secondaire» face au «cri» de ces peuples. «Pourquoi ne travaillons-nous pas ensemble à ce monde qui est en train de mourir?»: telle doit être la question qui, selon elle, doit habiter les croyants après ce synode.

Pour la Péruvienne Sœur Zully Rosa Rojas Quispe, il demeure cependant crucial que l’Eglise change ses structures, sans quoi celle-ci risque de s’enfermer dans le cléricalisme. Si elle-même ne souhaite pas spécifiquement voir advenir un tel changement dans l’Eglise, elle dit comprendre ceux qui en font la demande. Les sacrements ont été établis à une certaine période et ne «correspondent plus» à la réalité ecclésiale dans sa dimension internationale, a pour sa part jugé Sœur Bernadette Reis, religieuse américaine de la congrégation des Filles de saint Paul. La tradition vivante de l’Eglise doit donc s’adapter car aucune culture n’est supérieure à une autre, a-t-elle noté.

Le synode, «une école de formation» pour toute l’Eglise

Pour la Française Sœur Nathalie Becquart, consulteur au Synode des évêques, ce synode pour l’Amazonie a constitué un «instrument», une «école de formation» pour «transformer» toute l’Eglise. Le thème des femmes comme celui de la synodalité – évoqués également lors du synode des jeunes – sont selon elle «revenus avec force» durant ces trois semaines. Il reste à présent à «connecter» ces deux synodes. Avec cet événement, l’écologie intégrale est également devenue «le GPS de la mission», explique-t-elle. Pour effectuer ce changement, les jeunes demeurent «le moteur».

Ce synode a encore permis de mettre en lumière la nécessité d’œuvrer en «réseau», ont déclaré plusieurs religieuses auditrices. Sur le plan pastoral, pour poursuivre le travail effectué en Amazonie, il s’agit d’opérer une «conversion» pour apprendre à regarder ces peuples différemment. Plus que de s’intéresser à leur culture, il revient également aux missionnaires d’apprendre la langue de ces peuples. C’est seulement ainsi que l’on se laissera «enseigner» par ces populations autochtones.

Une lettre remise au pape

Par ailleurs, une lettre signée par l’ensemble des participantes au synode a été remise en «main propre» au pape François, a confié à l’agence I.MEDIA la Sœur Maria Carmelita de Lima Conceição. Dans cette missive, elles ont demandé une participation au vote pour ce synode. Si le pape n’a pas répondu à ce courrier, a poursuivi la religieuse, ces femmes sont heureuses d’avoir pu partager avec le pontife argentin une requête venue du «fond du cœur». Cette décision n’est pas facile à prendre, a reconnu la Brésilienne, et doit être abordée «avec le temps, avec beaucoup d’intériorité et en dialoguant». (cath.ch/imedia/cg/rz)

Les religieuses en Amazonie jouent un rôle pastoral très important | © Eduardo Fonseca Arraes/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0
29 octobre 2019 | 16:50
par I.MEDIA
Partagez!