Anne-Catherine Reymond, de la communauté Sant'Egidio, et Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, lors d'une conférence sur les 'couloirs humanitaires' pour les réfugiés | © Jacques Berset
Suisse
Anne-Catherine Reymond, de la communauté Sant'Egidio, et Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, lors d'une conférence sur les 'couloirs humanitaires' pour les réfugiés | © Jacques Berset

Les Suisses ont un certain engouement pour le bénévolat auprès des réfugiés

15.05.2019 par Jacques Berset, cath.ch

Les Suisses font montre d’un certain engouement pour le bénévolat auprès des réfugiés. Une enquête représentative mandatée par l’Entraide Protestante Suisse (EPER) et réalisée par DemoSCOPE auprès de plus de 1’000 personnes, le montre.

Près de deux tiers des Suisses (64%) ont des contacts sporadiques ou réguliers avec des personnes réfugiées. Ces contacts se nouent le plus souvent à travers l’école ou le travail (48%). Viennent ensuite les liens via des amis ou connaissances (22%), le voisinage (21%) et les loisirs (17%).

Plus de 15% des Suisses ont déjà fait du bénévolat pour les réfugiés

La population suisse témoigne d’un engagement important en faveur des réfugiés, estime l’Entraide Protestante Suisse. Sur l’ensemble des sondés en contact avec des réfugiés, une personne sur quatre (24%), a déjà fait du bénévolat dans ce domaine. Et pour 4%, il s’agit même d’une pratique régulière. Cela signifie que plus de 15% de la population suisse s’est déjà engagée bénévolement pour des réfugiés.

Sant’Egidio, une amitié sans frontières | © Jacques Berset

Dans le bénévolat en faveur des personnes réfugiées, les Suisses privilégient les activités associées à leurs loisirs préférés comme les activités sportives ou les ateliers culinaires ainsi que les loisirs avec des enfants.

L’engagement de la population vise aussi à aider les personnes réfugiées à s’orienter dans la vie quotidienne en Suisse: 26% soutiennent des réfugiés au quotidien, 20% les aident à trouver un stage ou une place de travail et 24% enseignent une langue nationale. Quant à proposer un espace d’habitation aux réfugiés, c’est un engagement à plus long terme qui est pratiqué par 9% des sondés.

38% des non bénévoles aimeraient s’engager

Les sondés qui n’ont jamais n’ont jamais effectué de bénévolat en faveur de réfugiés citent à 24% le manque de temps, à 26% l’absence d’intérêt, à 50% le fait que l’occasion ne s’est pas présentée et à 5% le fait de ne pas savoir où ni comment s’engager dans ce domaine. Sur la part de population qui n’a jamais fait de bénévolat en faveur de personnes réfugiées, plus d’un tiers (38%) aimerait le faire.

Plateforme de bénévolat pour faciliter l’engagement

Forte de ces résultats encourageants et dans le but de renforcer le bénévolat et de le coordonner, l’EPER a développé la plate-forme de bénévolat www.engagez-vous.ch où les organisations à la recherche de bénévoles peuvent s’inscrire et publier leurs besoins afin que les personne à la recherche d’une activité bénévole trouvent où s’engager dans leur région. (cath.ch/eper/be)


Le pape François au centre d’accueil pour réfugiés de Vrazhdebna le 6 mai 2019 | © Vatican Media

Le pape parmi les réfugiés en Bulgarie: le monde des migrants, croix de l'humanité

"Les réfugiés sont nos frères", a rappelé le pape François(Photo:CAFOD Photo Library/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)

Le pape demande d'évacuer les réfugiés en Libye

Actualités ›