International

Les Ukrainiens veulent conserver la fête de Noël le 7 janvier

Quelque 64 % des Ukrainiens, majoritairement de confession orthodoxe, ne sont pas favorables à célébrer les fêtes de Noël le 25 décembre, comme dans la tradition latine.

Seulement un Ukrainien sur quatre soutient l’idée de déplacer la célébration de Noël du 7 janvier au 25 décembre, selon une enquête du groupe sociologique Rating, un organisme de sondage gouvernemental ukrainien.  

Calendrier julien

La religion orthodoxe, dominante en Ukraine, suit le calendrier julien [calendrier solaire utilisé dans la Rome antique, introduit par Jules César en 46 av. J.-C.] et non le calendrier grégorien de 1582 [du nom du pape Grégoire XIII].

Noël est donc fêté par la majorité des Ukrainiens avec 13 jours de retard par rapport au Noël catholique, soit le 7 janvier de chaque année, les célébrations débutant le 6 janvier et se prolongeant jusqu’au 9 janvier.

Selon cette enquête, 25 % des Ukrainiens interrogés soutiennent l’idée de déplacer la célébration de Noël du 7 janvier au 25 décembre, 64 % y sont opposés, 7 % se disent indifférents à la question, et 4 % ont du mal à répondre. En 2016, seuls 15 % des Ukrainiens appuyaient l’idée, et 69 % étaient contre.

Ukraine occidentale versus Ukraine orientale

La majorité des partisans du changement de la date de Noël se trouvent en Ukraine occidentale, davantage tournée vers l’Occident: 43 % des personnes interrogées sont favorables contre presque le même nombre d’opposants.

Dans d’autres régions, les répondants sont davantage susceptibles de s’opposer au changement: 23 % dans le centre du pays appuient l’idée, et 66 % sont contre. Dans le sud, 15 % sont pour et 74 % sont contre, tandis que dans l’est de l’Ukraine, proche de la Russie, ils ne sont plus que 14 % à vouloir changer la date de Noël, contre 74 % qui y sont opposés. (cath.ch/interfax/be)

La majorité des Ukrainiens veulent maintenir la célébration des fêtes de Noël en janvier, selon la tradition orthodoxe | twitter
31 décembre 2019 | 18:10
par Jacques Berset
Partagez!