Vatican

L’espérance est un «don que nous ne méritons pas», déclare le pape

À l’occasion de la célébration pour les morts, le 2 novembre 2020, le pape François a appelé à se «rendre au cimetière, lever les yeux au Ciel et répéter avec Job: ‘Je sais, moi, que mon Rédempteur est vivant […]. Je le verrai moi, en personne’». Dans son homélie prononcée dans l’église Sainte-Marie-de-la-Pitié-dans-le-Cimetière-des-Teutoniques (Vatican), le pontife a rappelé que l’espérance chrétienne est un «don», une «grâce» que «nous ne méritons pas».

«La voix de Job revient sans cesse», surtout en ces temps difficiles, a déclaré le pape argentin, qui célébrait une messe sans fidèles en raison de la crise sanitaire. Job, personnage biblique qui a tout perdu, renouvelle sa confiance en Dieu au lieu de se livrer au désespoir, a souligné l’évêque de Rome. Le primat d’Italie invite les chrétiens à avoir la «certitude» de Job, à savoir que le «Rédempteur est vivant». Commentant la lecture de saint Paul apôtre aux Romains, il a insisté sur le fait que «l’espérance ne déçoit pas», qu’elle «attire vers la joie éternelle» et qu’elle «donne un sens à la vie».

Une «corde» à laquelle s’agripper

Pour qualifier l’espérance chrétienne, le 266e pape a eu recours à une image qui lui est chère: celle d’une «ancre à laquelle nous nous soutenons», une «corde» à laquelle il faut «s’agripper». Citant l’évangile du jour de saint Jean où Jésus dit: «Celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors», le pontife a répété que la fin ultime de l’espérance est «d’aller vers Jésus» qui «nous retrouve là où il y a l’ancre.» Après la célébration des morts, le pape s’est arrêté pour prier sur les tombes du cimetière teutonique. (cath.ch/imedia/at/rz)

Pour le Jour des morts, le pape François a rappelé les fondements de l'espérance chrétienne | © Mazur/episkopat.pl
3 novembre 2020 | 12:29
par I.MEDIA
Partagez!