Vatican

L'Evangile n'est pas une utopie, rappelle le pape à des entrepreneurs

 Vouloir transformer le monde par le Christ peut parfois conduire au martyre, a lancé le pape François devant 300 entrepreneurs et dirigeants catholiques français le 2 décembre 2019. Ceux-ci étaient reçus en audience par l’évêque de Rome au Palais apostolique du Vatican.

Accompagnés par Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon,  le groupe participe, du 1er au 3 décembre, à un «Voyage du bien commun» dans la capitale italienne: trois jours de rencontres et de réflexions sur la vocation des entrepreneurs chrétiens, à la lumière de la doctrine sociale de l’Eglise. François les a encouragés afin qu’ils témoignent des valeurs évangéliques dans leur travail et s’engagent dans un processus de conversion pour répondre aux défis actuels.

Lois du marché et mondialisation versus enseignement social de l’Eglise

Le pontife a exprimé sa joie de recevoir ces acteurs du monde de l’entreprise désireux de suivre l’Evangile. Il n’est pas facile de concilier les exigences de la foi et l’enseignement social de l’Eglise avec les nécessités et les contraintes qu’imposent les «lois du marché et de la mondialisation», a-t-il admis.

En effet, vouloir sauver ce monde et le transformer avec le Christ peut parfois «conduire au martyre», a soutenu le pontife romain. A la lumière de témoins comme saint Paul et saint Pierre, les entrepreneurs doivent ainsi se souvenir que le message évangélique est loin d’être une utopie. En apparence faible par rapport aux «puissances mondaines du pouvoir», ce message peut devenir réalité grâce à l’Esprit saint et le soutien par la foi de courageux missionnaires.

L’entreprise, lieu d’un irremplaçable témoignage chrétien

L’entreprise constitue le lieu d’un «authentique et irremplaçable témoignage chrétien», leur a confié l’évêque de Rome. Comme l’a mis en lumière le Concile Vatican II (1962-1965), ces entrepreneurs sont donc appelés en tant que laïcs à participer au «service royal» du Christ.

Les entrepreneurs font souvent face à des conflits de conscience et demeurent parfois partagés entre la nécessaire survie de l’entreprise et les exigences de justice sociale, a observé le pape. Loin de faire taire leurs convictions et idéaux, il les a appelés au discernement, à la formation de leur conscience.

Invitation à une «conversion écologique»

Dans le sillage de son encyclique Laudato si’ (2015), le pontife argentin les a encore invités à une «conversion écologique». Si ces hommes d’affaire peuvent parfois se sentir «impuissants» face aux défis du monde présent dans la préservation de l’environnement, ils ont un rôle à jouer. A travers leurs relations de travail et par certains changements d’habitude, même modestes, ils sont invités à éduquer le monde du travail à un style nouveau.

Un cadeau pour les 50 ans de sacerdoce du pape François 

Avant la prise de parole du pontife, se sont exprimés Mgr Dominique Rey ainsi que Stanislas Billot de Lochner, organisateur de ce pèlerinage. A l’occasion des 50 ans de sacerdoce du pontife argentin, 13 décembre prochain, les entrepreneurs français ont souhaité remettre un cadeau au pape: la prière de plus de 20’000 personnes à travers une chaîne de prière.

Par ailleurs, les Français profiteront de ce voyage pour faire un don à trois associations françaises: ‘Entourage’, une application permettant de rentrer en relation avec des sans-abris, les ‘Cafés Joyeux’, une entreprise d’inclusion, et les ‘Parcours Alpha’, une initiative d’évangélisation. Ces trois œuvres rejoignent trois causes chères au pape, a-t-il été expliqué. Outre l’évêque de Fréjus-Toulon, étaient présent Mgr Olivier de Germay, évêque d’Ajaccio, Mgr Jean-Philippe Nault, évêque de Digne, et Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes.  (cath.ch/imedia/cg/be)

Audience du pape François aux entrepreneurs catholiques français le 2 décembre 2019 | © Vatican Media
2 décembre 2019 | 15:38
par Jacques Berset
Partagez!