L'évêque aux médias inquiet de la volonté de suppression des émissions religieuses sur la RTS

Fribourg, 18.11.2015 (cath.ch-apic) Mgr Alain de Raemy, évêque chargé des médias au sein de la Conférence des évêques suisses (CES), a exprimé son inquiétude après l’annonce de la suppression des magazines religieux sur la radio et la télévision suisses romandes. «Il en va de la place que l’on donne à la dimension religieuse de l’homme en ces temps où la religion est si souvent et de si diverses manières d’actualité», souligne-t-il dans un communiqué du 18 novembre 2015.

La suppression de trois magazines religieux, «Faut pas croire» sur RTS un, «Hautes fréquences» sur La 1ère et «A vue d’esprit» sur Espace 2, aura des conséquences sur le traitement des sujets religieux par les médias du service public francophone en Suisse, déplore l’évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg.

L’évêque des médias tient aussi à exprimer sa plus profonde solidarité avec les journalistes engagés dans le service œcuménique assuré par Cath-Info, du côté catholique, et Médias-pro, du côté protestant et qui risquent de perdre leur emploi.

Pour une présence œcuménique dans tous les médias

«En tant qu’évêque chargé d’encourager une présence catholique, ouverte et œcuménique, dans tous les médias, j’exprime mon inquiétude. Il en va de la place que l’on donne à la dimension religieuse de l’homme en ces temps où la religion est si souvent et de si diverses manières d’actualité, rélève Mgr de Raemy. Il me semble important de souligner l’importance du service public aussi pour tout ce qui concerne la dimension spirituelle et œcuménique de notre culture et de notre avenir.»

«Nous avons peut-être aussi à trouver de nouvelles voies pour une collaboration fructueuse entre le service public et les Eglises dans l’intérêt des débats de société», conclut l’évêque des médias. (apic/com/mp)

 

Mgr Alain de Raemy, évêque des médias au sein de la Conférence des évêques suisses lors de l'assemblée générale de Kipa-Apic à Olten
18 novembre 2015 | 15:38
par Maurice Page
Partagez!