Suisse

L'évêque de Sion fête Noël au pénitencier de Pramont

L’ évêque de Sion a présidé le 23 décembre 2019 une célébration de Noël avec de jeunes délinquants au Centre éducatif fermé de Pramont (CEP) à Granges (VS). «On ne peut jamais réduire un être humain à ses actes. Un prisonnier a un passé, un présent et un avenir», a déclaré Mgr Jean-Marie Lovey.

Claude Jenny, membre du Service de l’information du Diocèse de Sion

Habitué à visiter non seulement ses paroisses mais aussi à se rendre dans les périphéries de son diocèse, Mgr Jean-Marie Lovey, évêque du Diocèse de Sion, était lundi au Centre de détention pour jeunes délinquants de Pramont. Une rencontre avec les médias d’abord pour parler de la pastorale auprès des prisonniers, puis une messe de Noël et un moment de partage fraternel avec les occupants de ce lieu particulier.

Ils sont 24 jeunes à devoir vivre un temps pour plus ou moins long de repentir, de rééducation et de formation dans les murs de Pramont, en provenance de tous les cantons romands et du Tessin. Tous ont commis des actes délictueux, dont certains très graves, qui justifient leur incarcération. Mais, a expliqué Mgr Lovey dans son intervention auprès des médias, « pas plus que je ne vais visiter, à l’hôpital, une jambe cassée ou un cancer, je ne viens en prison visiter un homicide, un voleur, un criminel. Je viens rencontrer quelqu’un, une personne qui a un visage, un être humain, qui a doit à toute sa respectabilité, sa dignité,  car on ne peut jamais réduire une personne à  ses actes».

Une espérance à partager

Une quinzaine des occupants de Pramont ont souhaité participer à la messe de Noël que Mgr Lovey, accompagné de l’abbé Henri Roduit, ont célébré à leur intention, mais aussi des gardiens-éducateurs, des bénévoles de « Parole en liberté » et des représentants de la presse. « C’est merveilleux ! » s’exclame Jeff Roux, aumônier des prisons valaisannes en compagnie de Mario Giacomino, diacre de l’Eglise réformée. « D’habitude ils sont moins nombreux. Et certains ne sont pas chrétiens, ne savaient même pas ce qu’était un évêque » explique Jeff Roux. Mgr Lovey a pris soin d’expliquer pourquoi il portait une aube, une étole, etc…  Il a aussi dit pourquoi l’Eglise a une parole d’espérance à partager : « Les chrétiens sont porteurs d’une espérance qu’ils ne peuvent garder pour eux-mêmes. Partager cette espérance avec le prisonnier permet de lui faire savoir que son avenir est ouvert ».

Une double présence

Les Eglises catholique et réformée du Valais sont présentes dans 5 établissements pénitentiaires du canton (Prisons de Brigue et Sion, pénitencier de Crêtelongue, Centre éducatif de Pramont et Centre LMC, maison où sont internées les personnes en attente d’une expulsion de Suisse). Deux aumôniers, un catholique et un protestant, consacrent 20 à 30 % de leur temps de travail à l’accompagnement de tous les personnes internées. C’est bien peu de forces humaines pour une présence dont tant Jeff Joux que Mario Giacomino peuvent mesurer l’importance. Un accompagnement tantôt collectif, tantôt individuel. « Souvent, on nous demande d’apporter une Bible ou un Coran. Ce que nous faisons. Vrai est-il que de vivre en un lieu fermé et dans la solitude d’une cellule peut susciter des envies de se rappeler une lecture spirituelle d’autrefois et de se replonger dans un livre saint » souligne Mario Giacomino. Les deux aumôniers font au mieux pour répondre aux nombreuses sollicitations et organiser un minimum de célébrations durant l’année, spécialement à Pâques et à Noël, comme lundi à Pramont.

Le réseau de PELd

Les deux aumôniers sont heureusement épaulés par le beau réseau de bénévoles de l’Association « Parole en liberté » (PEL), que préside l’abbé Henri Roduit et qui, à intervalles réguliers, viennent passer des moments avec les détenus de Pramont ou de Crêtelongue, vivre un temps de d’échanges, de jeux et leurs apporter quelques gourmandises. Lundi, il était touchant de voir chaque jeune de Pramont recevoir une carte de Noël spécialement rédigée à son intention, et en la circonstance contenant un mot de l’évêque.

A noter l’accueil chaleureux réservé aux médias à l’occasion de cette rencontre par la direction, le personnel et les jeunes eux-mêmes ainsi que la beauté des décorations de Noël confectionnées. « Vivre Noël ici, pour ces jeunes, n’est pas évident. Nous essayons de rendre ce moment le plus chaleureux possible » souligne Ralph Guntern, adjoint de direction. Sans oublier les déambulations des deux chiens de la maison, deux St-Bernard, dont on se rend vite compte qu’ils occupent une place à part dans un tel lieu… (cath.ch/cj/mp)

Centre éducatif fermé de Pramont, à Granges(VS).
24 décembre 2019 | 10:22
par redaction
Jean-Marie Lovey (54), Noël (157), Pramont (6)
Partagez!