L'application de cendres sur le front est une ancienne tradition chez les catholiques et les anglicans (Photo: John Ragai/Flickr(<a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/legalcode" target="_blank">CC BY 2.0</a>)
Vatican
L'application de cendres sur le front est une ancienne tradition chez les catholiques et les anglicans (Photo: John Ragai/Flickr(CC BY 2.0)

L’imposition des cendres, un rituel de pénitence remontant aux premiers siècles

13.02.2018 par I.MEDIA

Le cardinal Jozef Tomko, titulaire de l’église romaine de Sainte-Sabine, formera le 14 février 2018 une croix sur le front du pape François avec des cendres lors de la messe d’ouverture de carême dans cette église. Cette tradition remonte aux premiers temps de l’Eglise et illustre la pénitence du fidèle.

Depuis le 4e siècle, les fidèles catholiques se préparent à la fête de Pâques par un temps de jeûne. Dans certains diocèses, les auteurs de péché particulièrement graves – apostasie, meurtre, hérésie ou adultère – se confessaient alors devant leur évêque. Ils étaient ensuite recouverts de cendres puis expulsés de l’église pour un temps de pénitence. Ils y étaient réadmis le Jeudi-Saint, après avoir reçu l’absolution.

Cette utilisation de cendres en symbole de pénitence trouve ses origines dans l’Ancien Testament : “Fille de mon peuple, ceins le cilice, roule-toi dans la cendre” enjoint le Seigneur à Jérusalem pour sa repentance (Jr 6,26). Ce symbole est aussi repris par le Christ : “Si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits dans Tyr et Sidon, il y a longtemps qu’elles auraient fait pénitence avec le sac et la cendre” (Mt 11,21).

Peu à peu, la pénitence publique disparaît mais l’imposition des cendres demeure et est étendue à tous les catholiques vers le 10e siècle. Celles-ci sont déposées en croix sur le front du fidèle par un ministre consacré qui prononce la formule “Tu es poussière et tu redeviendras poussière” (Gn 3,19). Si le rituel est resté le même, la réforme liturgique suivant le Concile Vatican II (1963-1965) propose une seconde formule rituelle : “Convertissez-vous et croyez à l’Evangile” (Mc 1,15).

Pour sa part, la date du mercredi des Cendres a formellement été établie par le pape Grégoire Ier en 591, afin de compter 40 jours de jeûne avant Pâques, en mémoire des 40 jours du Christ au désert. Cette célébration se tient donc chaque année 46 jours avant la fête de la Résurrection du Seigneur, les dimanches n’étant pas jeûnés.

Quant aux cendres imposées, elles proviennent de la combustion  des rameaux bénis distribués lors du dimanche des Rameaux – dernier dimanche de carême – de l’année précédente. (cath.ch/imedia/mp)


La braise couve sous la cendre (photo Pyxabay CC00)

Un Carême à fleur de peau

Messe des cendres (Photo:Catho Bordeaux/Flickr/CC BY-NC 2.0)

Pape François: “Le carême est un temps pour commencer à respirer"

Actualités ›