International

L'opinion australienne divisée après la confirmation de la condamnation du cardinal Pell

La décision de la Cour de Victoria de rejeter l’appel du cardinal George Pell contre sa condamnation pour abus sexuels sur mineurs divise l’opinion australienne. Certains se félicitent de son maintien en détention, d’autres remettent en cause l’ensemble du système juridique du pays.

Le porte-parole du cardinal Pell a publié une courte déclaration après la décision, disant que le cardinal était «évidemment déçu» mais qu’il poursuivra le processus judiciaire. «Tout en notant la décision partagée à deux juges contre un, le cardinal maintient son innocence,» souligne communiqué qui remercie aussi ses nombreux soutiens.

L’ex no 3 du Vatican peut encore faire appel devant la Haute Cour, l’organe judiciaire suprême de l’Australie. Même si le tribunal décide d’entendre son appel, il peut cependant encore s’écouler des mois, voire des années avant qu’une décision finale ne soit rendue.

Le plus grand réseau pédophile du monde

Du côté des défenseurs des victimes d’abus, la satisfaction domine très largement. Pour l’avocate Julie Cameron, cette décision signifie que «le plus grand réseau pédophile protégé du monde est foutu». Des vidéos prises à l’extérieur de la salle d’audience montrent une foule acclamant la «victoire». «Nous n’abandonnerons jamais, nous ne partirons jamais», déclaraient d’autres personnes.

Nombreuses improbabilités

De l’autre côté, le chroniqueur du Herald Sun, Andrew Bolt, a relevé que la condamnation de Pell n’a «aucun sens logique» et que l’acte d’accusation comprenait de nombreuses «improbabilités». «Même si Pell avait pu physiquement être dans la sacristie, à ce moment là, et sans être vu, agresser physiquement ces deux servants de messe, à quel point aurait-il dû être fou pour attaquer deux garçons qu’il ne connaissait pas, dans un local ouvert, dans une cathédrale très fréquentée?» s’interroge l’éditorialiste.

Les responsables catholiques modérés dans leur réaction

Les dirigeants catholiques australiens ont également réagi diversement à cette décision. Mg Anthony Fisher, qui a succédé à Mgr Pell à la tête de l’archidiocèse de Sydney, a déclaré qu’il était limité dans sa capacité à commenter ce résultat, puisque Pell pouvait encore déposer un second appel. «La décision partagée d’aujourd’hui entre les juges est conforme aux opinions divergentes des jurys lors des premier et deuxième procès, ainsi qu’à l’opinion partagée des commentateurs juridiques et du grand public «, a relevé l’évêque dans un communiqué. «Des gens raisonnables ont eu des points de vue différents quand on leur a présenté les mêmes preuves. J’exhorte tout le monde à rester calme et courtois.»

Mgr Peter A. Comensoli, archevêque de Melbourne, un autre ancien diocèse de Pell, a déclaré qu’il recevait «respectueusement la décision de la Cour» et qu’il encourageait chacun à faire de même. L’archevêque a remarqué que «la complexité de la recherche de la vérité en la matière a mis à l’épreuve beaucoup de gens et pourrait très bien continuer à le faire». Il a assuré qu’il priait pour l’homme qui accusait Pell d’abus sexuel, et qu’il lui offrirait une aide spirituelle et pastorale s’il le voulait. Mais Mgr Comensoli a refusé d’utiliser le mot «victime» ou «survivant» pour le décrire. Il a indiqué en outre qu’il veillera à ce que le cardinal Pell reçoive un soutien pastoral et spirituel pendant qu’il purge le reste de sa peine.

Le clergé a causé beaucoup de douleurs dans le pays

La Conférence des évêques catholiques d’Australie (ACBC) tout en acceptant le jugement, a relevé qu’il serait «pénible pour beaucoup de gens». «Les évêques croient que tous les Australiens doivent être égaux devant la loi et accepter le jugement d’aujourd’hui en conséquence «, a déclaré Mgr Mark Coleridge, archevêque de Brisbane, président de l’ACBC.

L’archevêque a reconnu que cette période a été et demeure très difficile pour les survivants d’abus sexuels et pour ceux qui les soutiennent. Il a admis que le clergé australien a causé beaucoup de douleurs dans le pays. «Nous restons déterminés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour apporter la guérison à ceux qui ont beaucoup souffert et à faire en sorte que les milieux catholiques soient les endroits les plus sûrs possibles pour tous, mais surtout pour les enfants et les adultes vulnérables.»

«Pell est totalement incapable d’avoir fait cela»

Voix discordante parmi les évêques, Mgr Peter Elliott, évêque auxiliaire émérite de Melbourne, a rejeté catégoriquement le résultat. «J’espère qu’il sera porté en appel devant une cour supérieure», a-t-il dit lors d’une émission d’information. Rappelant qu’il connaissait George Pell depuis plus de 50 ans, il a souligné qu’il le croyait totalement incapable de ce dont on l’accuse et de ce pour quoi il a été condamné. Il a exhorté les catholiques australiens à rester calmes et à continuer à prier pour lui. (cath.ch/cna/mp)

Cardinal George Pell | © KNA
23 août 2019 | 17:02
par Maurice Page
Abus sexuels (561) , George Pell (53)
Partagez!