La cathédrale nationale orthodoxe-roumaine de Bucarest a été consacrée le 25 novembre 2018 | © wikimedia commons MIHAIL CC BY-SA 4.0
Vatican
La cathédrale nationale orthodoxe-roumaine de Bucarest a été consacrée le 25 novembre 2018 | © wikimedia commons MIHAIL CC BY-SA 4.0

L’ouverture n’est pas un “danger”, assure le pape dans la cathédrale orthodoxe de Bucarest

31.05.2019 par Xavier Le Normand, I.Media, en Roumanie

La prière ‘Notre Père’ invite les chrétiens à se retrouver da la “convivialité des diversités réconciliées”, a expliqué le pape François le 31 mai 2019 lors d’un moment de prière dans la cathédrale orthodoxe de Bucarest. Il a ensuite récité cette prière en latin, suivi du patriarche Daniel en roumain.

Après son allocution devant le synode de l’Eglise orthodoxe roumaine, le pontife a quitté le palais patriarcal en direction de la nouvelle cathédrale orthodoxe de Sofia, pour la construction de laquelle Jean Paul II avait offert 200’000 dollars en 1999. Moins d’un mois après sa visite à Sofia, en Bulgarie,  l’évêque de Rome était de retour dans une cathédrale orthodoxe pour y livrer une méditation sur le ‘Notre Père’, prière commune à tous les chrétiens.

Cette prière enseignée par le Christ Lui-même, a-t-il assuré, transforme le ‘je’ en ‘nous’. Ainsi, elle apprend à voir d’abord l’autre comme frère et enfant de Dieu avant de considérer ses limites. C’est donc accepter de ne pas estimer l’ouverture aux autres comme un “danger”, même si cela demande parfois de laisser derrière le passé pour mieux “embrasser” le présent. Comme le dit la prière du ‘Notre Père’, il faut donc trouver la force de pardonner “de tout cœur” le frère.

Réciter cette prière est vouloir affermir les “racines communes de notre identité chrétienne“, a poursuivi le chef de l’Eglise catholique. Les chrétiens de toutes confessions doivent donc faire germer des “semences d’unité”, sans suspicion et sans contrainte, mais dans la “convivialité des diversités réconciliées”. D’autant plus que celles-ci sont “indispensables” à une époque où tant de jeunes sont “déracinés” par des “situations liquides”.

Prière côte à côte mais pas ensemble

Si en Bulgarie la visite de la cathédrale orthodoxe avait saisi car le pape était seul dans un édifice presque vide, l’ambiance était tout autre à Bucarest : cette fois-ci, le patriarche orthodoxe local l’accompagnait dans une église pleine. Toutefois, les deux chefs chrétiens n’ont pas véritablement prié ‘ensemble’. Ainsi, l’évêque de Rome a d’abord récité le ‘Notre Père’ en latin. Puis, après trois chants de Pâques catholiques, le patriarche Daniel l’a imité, récitant la prière en roumain. Ont suivi trois chants pascaux orthodoxes.

A l’issue de ce moment, le pape François et le patriarche Daniel ont remonté côte à côte l’allée centrale de la cathédrale, jusqu’au parvis. Là, ils ont salué ensemble les personnes rassemblées à l’extérieur. Après ce moment œcuménique, le  pontife doit désormais rejoindre la cathédrale catholique pour y célébrer la messe. (cath.ch/imedia/xln)


La cathédrale d'Albano du Latium | DR

Le pape François se rendra à Albano le 21 septembre

21 juin 2018. Palexpo affiche bientôt complet. | © Bernard Hallet

Un an après la messe du pape en Suisse... pas de déficit!

Actualités ›