Suisse

Maison des religions: la pandémie fait un trou dans les caisses

La Maison des religions, à Berne, souffre fortement de la pandémie de coronavirus. La situation a créé une baisse importante de fréquentation et de revenus.

La «Maison des religions – dialogues des cultures», a ouvert ses portes en 2014 sur la Place de l’Europe, au centre de Berne. Il s’agit d’un lieu unique au monde qui regroupe sous un même toit huit communautés religieuses ainsi qu’un espace consacré au dialogue avec le public. La Maison accueille cinq communautés religieuses qui ne possédaient pas de locaux convenables auparavant. Ainsi, hindous, musulmans, chrétiens, alévis et bouddhistes y ont trouvé leur propre sanctuaire et apprennent à cohabiter ensemble.

Un lieu de rencontres bien désert

Le lieu fait cependant face, depuis le début de la crise sanitaire, à des difficultés croissantes. Cet endroit dédié à la rencontre a vu sa fréquentation baisser de façon importante à cause des mesures de sécurité, souligne sa directrice Karin Mykytjuk dans le journal protestant Reformiert (Jura-Berne-Soleure) du 31 décembre 2020. «L’atmosphère se nourrit d’interactions spontanées ; lors des visites guidées, au déjeuner dans le restaurant. Tout cela disparaît. Cela me rend triste», confie-t-elle. Un maximum de 15 personnes sont autorisées dans les lieux de culte.

200’000 francs de déficit

La pandémie a lourdement grevé les finances des communautés religieuses. Celles-ci proviennent en effet principalement des cotisations des membres mais aussi des dons, collectés notamment lors de festivals et de mariages. Le manque à gagner des communautés se répercute sur l’association «Maison des religions». Elle loue les locaux de la Fondation Europaplatz et les sous-louent aux communautés religieuses.

Lors de la première vague, au printemps 2020, l’association a demandé aux deux grandes Eglises nationales (catholique et protestante) une dispense de loyer, que la Fondation a également soutenue. Cela lui a permis de renoncer à trois mois de loyer pour les communautés, soit près de 50’000 francs.

Pour cette seconde vague, Karin Mykytjuk admet qu’il sera difficile pour l’association de renoncer aux loyers, car elle commence à gravement manquer de fonds. La directrice informe qu’un déficit d’environ 200’000 francs a été prévu au prochain budget. Malgré cela, la responsable affirme que la Maison des religions est une réussite et qu’un processus de restructuration est en cours pour permettre d’assouplir son organisation. (cath.ch/reformiert/arch/rz)

31 décembre 2020 | 10:58
par Raphaël Zbinden
Partagez!