Suisse

Maltraitances institutionnelles: l'Histoire ne doit pas se répéter!

A l’occasion du 17 octobre, Journée mondiale du refus de la misère et de l’exclusion sociale, le Mouvement ATD Quart Monde rappelle que la pauvreté dans toutes ses dimensions est une réalité permanente pour de nombreuses personnes en Suisse, pour certaines depuis des générations.

ATD Quart Monde (Agir Tous pour la Dignité) milite pour que les choses changent en coordonnant l’actuel projet de recherche participative «Pauvreté – Identité – Société» (2019-21), soutenu par l’Office fédéral de la Justice. L’organisation demande de toute urgence de profonds changements sociétaux et structurels.

Atteinte à la dignité des plus pauvres

ATD Quart Monde souligne en particulier, à l’occasion du 17 octobre 2020, la violence ressentie par les personnes en situation de pauvreté dans leurs rapports avec les institutions et la société. Cette réalité est vécue comme un contrôle et une dépendance, «ce qui porte atteinte à leur dignité et rend impossible de sortir de leur situation», estime la section suisse du Mouvement international de lutte contre l’extrême pauvreté, basée à Treyvaux, dans le canton de Fribourg.

Des changements sociétaux et structurels sont nécessaires de toute urgence afin que les personnes touchées par la pauvreté puissent être reconnues et soutenues en tant qu’acteurs à part entière, affirme ATD Quart Monde.

Les personnes touchées par la pauvreté doivent être des acteurs à part entière

Des changements durables ne sont possibles qu’avec la prise en compte du savoir des personnes en situation de pauvreté. Avec l’actuel projet de recherche participative «Pauvreté –  Identité – Société» (2019-21), ATD Quart Monde y contribue.

«On n’a pas le choix, on doit souvent faire exactement ce qu’on te dit ou tu n’obtiendras pas de soutien. C’est très éducatif, et en quelque sorte on perd ses droits» Militante Quart Monde dans le cadre du projet «Pauvreté – Identité – Société»

«On n’est pas vus comme des parents responsables de nos enfants. Des décisions sont prises sans nous, comme s’ils savaient mieux que nous ce qui est bon pour eux»  Militante Quart Monde dans le cadre du projet « Pauvreté – Identité – Société»

«On parle tout le temps de respect, de valorisation dans les institutions, mais dans les faits, ça manque encore. Il y a encore de la maltraitance, il y a encore des gens qui sont traités avec mépris» Militant Quart Monde dans le cadre du projet «Pauvreté – Identité – Société»

Depuis 1987, le 17 octobre de chaque année, les plus pauvres et tous ceux qui refusent la misère et l’exclusion sociale se rassemblent à travers le monde afin de témoigner de leur solidarité et de leur engagement pour que la dignité et la liberté de tous soient respectées.

Le thème défini par l’ONU pour le 17 octobre 2020 est: «Agir ensemble pour gagner la justice sociale et environnementale pour tous.»

Le Covid-19 touche de plein fouet les personnes en situation de pauvreté

Cette année, la situation et les mesures prises autour du coronavirus mettent encore plus en évidence la crise durable que vivent les personnes touchées par la pauvreté en Suisse.

«La violence vécue dans l’interaction avec les institutions est malheureusement encore une réalité douloureuse pour de nombreuses personnes», poursuit le Mouvement de lutte contre la misère. En 2013, le Conseil fédéral a présenté des excuses officielles aux anciens enfants placés sous les «mesures de coercition à des fins d’assistance», mesures pratiquées en Suisse jusqu’en 1981.

Bien que la situation juridique ait changé depuis lors, il y a toujours des personnes pour lesquelles il est impossible de sortir de la pauvreté vécue depuis des années. De plus, les mesures de «coercition» d’aujourd’hui sont ressenties comme un contrôle et une dépendance portant atteinte à leur dignité et les empêchant d’être perçues comme des acteurs à part entière.

Sous l’égide du Mouvement ATD Quart Monde, une délégation d’enfants a été reçue le 17 octobre 2019 par Marina Carobbio, présidente du Conseil national | © ATD Quart Monde

«Le plus souvent, la pauvreté et l’exclusion sociale se transmettent de génération en génération», relève ATD Quart Monde, et pourtant les personnes touchées par la pauvreté font quotidiennement de très grands efforts pour sortir de leur situation. Le Mouvement estime cependant que, trop souvent, des obstacles structurels et institutionnels et des stéréotypes bien ancrés les en empêchent.

Intégrer le savoir et l’expérience des personnes en situation de pauvreté

Des changements durables ne sont possibles qu’en donnant place au savoir des personnes avec l’expérience de la pauvreté – tant au niveau du soutien individuel que de la pratique institutionnelle, de la politique ou de la science.

Dans le cadre du projet de recherche participative «Pauvreté – Identité – Société», soutenu par l’Office fédéral de la Justice, ATD Quart Monde réunit des personnes issues de la recherche scientifique, de la pratique professionnelle et de l’expérience de la pauvreté, afin de déterminer ensemble ce qui rend possible que les personnes en situation de pauvreté soient reconnues et soutenues comme acteurs à part entière dans leur combat quotidien et particulièrement dans leurs interactions avec les institutions. (cath.ch/be)

L’ONU proclame une Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté
En 1992, l’Assemblée générale de l’ONU, se félicitant que certaines organisations non gouvernementales, à l’initiative du Mouvement international ATD Quart Monde, aient décidé dans de nombreux pays de faire du 17 octobre la Journée mondiale du Refus de la misère et de l’exclusion sociale, a décidé que cette date marquerait la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté (résolution 47/196 du 22 décembre).  La pauvreté est une violation des droits de l’homme (cf. Déclaration du même nom signée en 1948 aux Nations Unies) et seule une action commune impliquant tout le monde pour que ces droits soient respectés permettra l’éradication de la misère et de l’exclusion sociale. Chaque 17 octobre, des personnes de toutes origines et de toutes croyances se rassemblent pour réitérer leur engagement et manifester leur solidarité envers les pauvres. JB

Le Projet «Pauvreté – Identité – Société» d’ATD Quart Monde
Le projet «Pauvreté – Identité – Société» vise à créer des conditions permettant d’assurer la participation et de faire respecter le savoir des personnes en situation de pauvreté dans les recherches nationales et les prises de décisions qui les touchent directement. Il est reconnu par l’Office fédéral de la Justice comme projet d’entraide pour approfondir avec les personnes concernées la compréhension de la thématique «assistance et coercition» de hier et d’aujourd’hui. JB

Des familles en situation de pauvreté témoignent au centre suisse d'ATD Quart Monde à Treyvaux | © ATD Quart Monde
14 octobre 2020 | 10:59
par Jacques Berset
Partagez!