Suisse

Marian Eleganti: un évêque auxiliaire controversé démissionne

La nomination de Joseph Bonnemain comme évêque de Coire a presque totalement éclipsé la démission, le même jour, de l’évêque auxiliaire de Coire, Mgr Marian Eleganti. Prélat controversé, écarté par ses pairs pour ses positions ultra-conservatrices, l’ancien évêque des jeunes, âgé de 65 ans, quitte sa charge par la petite porte.

Barbara Ludwig, kath.ch / traduction adaptation Maurice Page

Un évêque qui n’a jamais peur de prendre sa guitare pour chanter ou siffler une chanson. C’est surtout cette image que garderont de Mgr Eleganti les jeunes catholiques qui l’ont côtoyé lors des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) et de bien d’autres rassemblements. À Zurich, l’évêque bénédictin missionnaire est la vedette de la messe des jeunes, qui se tient une fois par mois à la Liebfrauenkirche depuis 2011. En temps normal, une centaine de jeunes et d’adultes se rassemblent dans la crypte pour les célébrations du soir. A l’invitation du mouvement de louange germano-suisse Adoray, ils prolongent l’élan des Journées mondiales de la jeunesse. Un groupe de louange accompagne les chants.

Pour ces jeunes catholiques, Marian Eleganti est un évêque bien présent, qu’ils peuvent voir et toucher. Pour certains, c’est même un ami qu’ils saluent en l’embrassant. C’est une figure connue pour son authenticité, son message applicable à la vie quotidienne. «Il nous encourage toujours à approfondir notre relation personnelle avec Dieu et à transmettre l’amour que nous avons reçu», relevait en 2016 un étudiant en médecine.

Populaire parmi les jeunes

En 2013, à l’occasion des JMJ au Brésil, l’évêque suisse a fait vibrer les jeunes visiteurs d’un festival avec un spectacle de guitare et de «Muulörgeli» (harmonica). La délégation suisse a rapporté sur Facebook: «Cela a été très bien accueilli par la population et a provoqué des tempêtes d’enthousiasme». En Suisse, Marian Eleganti apparaît aussi occasionnellement dans les célébrations avec sa guitare, en chantant.

Mgr Marian Eleganti, évêque des jeunes, lors de la JMJ de Madrid, 2011 (Photo: Pierre Pistoletti)

La démission de son poste d’évêque auxiliaire ne changera sans doute pas sa popularité dans les cercles des JMJ. Le prélat saint-gallois a contribué à la création de la première Rencontre mondiale des familles en Suisse alémanique, en septembre 2019. L’accompagnement pastoral des jeunes familles catholiques est une question qui le préoccupe. Il se concentre avant tout sur les personnes issues de mouvements tels que les JMJ ou Adoray. Il est aussi directeur spirituel de l’association «Vision Famille», à l’origine de la rencontre mondiale des familles.

Outre ses nombreux fans, Marian Eleganti a également eu des critiques parmi les jeunes. Des organisations comme ‘Jungwacht Blauring’ ou le ‘Pfadi’ catholique n’ont pas toujours partagé la même scène que lui. «La coopération n’a pas été facile», ont écrit les associations de jeunesses suite à sa démission.

La CES a voté pour l’Abbé Urban – et contre l’évêque Marian

Sa démission en tant qu’évêque de la jeunesse en mars 2019 est apparue comme abrupte pour les non-initiés. L’évêque auxiliaire l’a remise avec effet immédiat lors de l’assemblée régulière de la Conférence des évêques suisses, sept mois avant le Synode des jeunes au Vatican. Il avait eu l’impression «que les autres évêques suisses n’étaient pas derrière moi en ce qui concerne le synode des jeunes», expliquait-il à kath.ch. L’élection du délégué suppléant au Synode des évêques sur la jeunesse avait suscité une controverse. La CES avait alors choisi Urban Federer, abbé d’Einsiedeln, au détriment de Mgr Eleganti. Mais la défiance de ses confrères, exprimée ce jour-là, était en place depuis quelques temps déjà.

Personnage irritant et critique du pape

A travers de nombreuses prises de position controversées, Marian Eleganti avait irrité l’opinion et les évêques. Par exemple, lorsqu’il avait établi un lien entre pédophilie et homosexualité. Ou encore, lorsqu’il s’est joint aux critiques contre le pape François à propos de l’exhortation apostolique Amoris laetitia. Il rejettait en particulier l’admission possible au cas par cas à la communion des divorcés remariés, souhaitée par le pape. En octobre 2020, il critiquait encore les déclarations du pape sur les unions civiles de personnes de même sexe.

Lucerne Mgr Marian Eleganti, évêque auxiliaire de Coire |© Jacques Berset

Il déplorait que dans les sociétés occidentales, où tend à dominer le «politiquement correct», la tolérance en vienne à se confondre avec l’indifférence et la perte de vraies convictions. Il appelait à ne pas diviser et détruire le sacerdoce catholique. Diffusées ou relayées sur les sites de la droite catholique conservatrice ou pro-vie nationaux et internationaux, ses interventions ont régulièrement suscité la polémique. A plusieurs reprises, ses confrères ont dû jouer aux pompiers.

Comme en 2019, lorsqu’il il met en doute les mesures sanitaires contre le coronavirus au point de se faire rappeler à l’ordre par l’administrateur apostolique Mgr Pierre Bürcher. Pour Mariano Tschuor, président de la commission des médias de la Conférence des évêques suisses, Mgr Eleganti représente un catholicisme de droite intransigeant proche du populisme.

Des dissensions aussi avec Mgr Huonder

Marian Eleganti a été nommé évêque auxiliaire du diocèse de Coire par le pape Benoît XVI en 2009. Il fait un bref épisode en tant que vicaire épiscopal pour les cantons de Zurich et de Glaris. Il s’installe dès 2011 à Coire comme recteur du séminaire diocésain. Là, il se brouille avec Mgr Vitus Huonder, qui a ordonné des candidats à la prêtrise malgré ses réticences et quitte sa charge en février 2014. Il déménage alors à Dietikon, près de Zurich, avec la charge de la nouvelle évangélisation et des communautés religieuses. On ignore pour l’heure s’il y restera, ou s’il retournera dans son monastère à Uznach (SG).

Poursuivre la messe des jeunes

Le communiqué sur les changements de personnel à Coire précise qu’il continuera à travailler comme pasteur et prédicateur de retraites spirituelles. Hormis sa participation à la Conférence des évêques suisses, pour lui-même, peu de choses devraient changer. Ses prochains rendez-vous sont indiqués sur son site web: poursuite de la messe des jeunes à Zurich et des retraites à Uznach. Au sein de la CES, Mgr Eleganti était encore responsable du dicastère de la santé. (cath.ch/kath.ch/bl/mp)

Mgr Marian Eleganti, évêque auxiliaire de Coire de 2009 à 2021 | Jacques Berset

Marian Eleganti: un itinéraire sinueux
Eugen Eleganti est né le 7 avril 1955 à Uznach (SG), deuxième d’une famille de quatre enfants. Il fréquente le collège de l’abbaye d’Einsiedeln, où il entre au noviciat. Mais il quitte l’abbaye en 1978 pour rejoindre, à Rome, la communauté charismatique de l’Oeuvre du Saint-Esprit fondée par le sulfureux abbé Josef Seidnitzer (1920-1993), reconnu coupable d’abus sexuels sur mineurs.
Alors que la communauté connaît une grave crise, de nombreux membres la quittent (Elle sera finalement dissoute pour dérives sectaires). Eugen Eleganti rejoint en 1990 les Bénédictins missionnaires de l’abbaye de Saint-Otmarsberg à Uznach (SG) où il reçoit le nom de Marian. Il reprend sa formation et reçoit la prêtrise en 1995. Il devient Abbé de la communauté en 1999. Il poursuit parallèlement ses études à Rome et à Salzbourg où il obtient un doctorat en 2003.
Le pape Benoît XVI le nomme évêque auxiliaire du diocèse de Coire le 7 décembre 2009. Après son ordination épiscopale le 31 janvier 2010 à Coire, il est nommé vicaire épiscopal pour Zurich et Glaris. En 2010, il prend la responsabilité du dicastère de la jeunesse au sein de la Conférence des évêques suisses. Il rejoint Coire dès 2011, où il est recteur du séminaire diocésain jusqu’à sa démission en 2014.
Marian Eleganti devient alors vicaire épiscopal pour la nouvelle évangélisation, la jeunesse et la famille, et pour les communautés religieuses et monastiques. Il s’installe à la cure de Dietikon (ZH).
Le 4 décembre 2019, l’évêque auxiliaire présente sa démission au pape François qui l’accepte le 15 février 2021. (bal/mp)

Mgr Marian Eleganti avec sa guitare au milieu d'un groupe de jeunes | © Kirche in Not
17 février 2021 | 16:04
par redaction
Partagez!