Mariano Tschuor interpelle les journalistes catholiques: No Billag, la fin de la SSR !

Brisant une lance en faveur du service public, Mariano Tschuor, responsable du service central Marchés et Qualité de la SSR, a interpellé les journalistes catholiques réunis en assemblée générale à Bienne, samedi 4 mars 2017. Si l’initiative populaire No Billag passait en 2018, «ce serait la fin de la SSR !»

Le journaliste grison, responsable du service central Marchés et Qualité de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR), a plaidé, face à une «boulevardisation» du paysage médiatique, «pour un journalisme de qualité fait par des têtes intelligentes». Il a estimé que les promoteurs de l’initiative populaire «Oui à la suppression des redevances radio et télévision» (No Billag) sont des néo-libéraux qui pensent que «le marché doit tout régler».

Les partisans de l’affaiblissement du service public, qui ne sont pas que des Alémaniques,  se recrutent certes à la droite de l’échiquier politique, voire dans la droite dure du Conseil national, du côté de l’UDC. Mais, depuis les dernières élections, les majorités deviennent volatiles, dans la chambre basse du parlement qui a glissé à droite. Les alliances de circonstance peuvent désormais amalgamer à l’UDC le parti radical, ainsi que des membres du parti démocrate-chrétien, du Parti bourgeois démocratique (PBD) et des verts libéraux.

Auditeurs et téléspectateurs tiennent aux émissions religieuses

Devant la bonne vingtaine de membres de l’Association suisse des journalistes catholiques (ASJC) présents à Bienne, Mariano Tschuor, qui préside par ailleurs la Commission pour la communication et les médias de la Conférence des évêques suisses (CES),  s’est interrogé: si l’offre devait être uniquement financée par le marché, qu’adviendrait-il des émissions religieuses, des émissions culturelles ou pour la jeunesse? Et la solidarité entre les régions et les générations serait fortement remise en question!

Il a relevé à ce propos la forte mobilisation du public en 2015 en faveur du maintien des émissions religieuses à la Radio Télévision Suisse francophone RTS: quelque 25’000 signatures récoltées par la pétition Soutenons RTSreligion, «une surprise!». «On a vu comme il était sensible de toucher à ces émissions!»

Comptes bénéficiaires

L’assemblée générale a adopté les comptes 2016, qui se soldent par un léger bénéfice de CHF 727.– pour des entrées de près de CHF 9’000.– Cet équilibre est dû notamment aux contributions de fondations. Le nombre de membres cotisants de l’ASJC est stable par rapport à l’année précédente. Il est actuellement de 47 Romands, de 46 Alémaniques et de 2 Tessinois.

Présentant les comptes du Fonds du Prélat Meier, un fonds destiné à promouvoir la relève et à soutenir la formation continue des journalistes catholiques, le trésorier de l’association Melchior Etlin a noté qu’en raison de la conjoncture défavorable, l’année 2016, comme l’année précédente, a vu une perte de valeurs du Fonds.  Cette perte de CHF 2’627.– porte le capital disponible actuellement à CHF 310’680.– Depuis plusieurs années, le Fonds veille à ce que ses placements soient respectueux des valeurs éthiques. Il met également l’accent sur la sécurité des placements avant le rendement.

Hommage à Sœur Claudia Bachmann

L’ASJC a rendu hommage à Sœur Claudia Bachmann, religieuse de Saint-Augustin à St-Maurice, décédée le 27 septembre 2016, à l’âge de 60 ans. La religieuse, active dans le domaine de la presse catholique, était bien connue en Suisse romande. L’assemblée a réélu en bloc les membres sortants du comité, mais a souhaité une présence alémanique. Appel entendu: le journaliste Martin Spilker, rédacteur en chef du Centre catholique des médias de Suisse alémanique (KMZ) à Zurich, a rejoint les rangs du comité sous les applaudissements.

Assemblée générale de l’ASJC à Bienne Intervention de Bernard Litzler, directeur de Cath-Info à Lausanne (Photo: Jacques Berset)

Citant le message du pape François pour la 51e Journée mondiale des communications sociales, Maurice Page a exhorté les membres de l’ASJC à une communication constructive favorisant une culture de la rencontre.  «Il faut briser le cercle vicieux de l’anxiété et endiguer la spirale de la peur, fruit de l’habitude de concentrer l’attention sur les ‘mauvaises nouvelles’ (les guerres, le terrorisme, les scandales et toutes sortes d’échec dans les affaires humaines)».

Non à un optimisme naïf

Il ne s’agit pas d’ignorer le drame de la souffrance, ni de tomber dans un optimisme naïf qui ne se laisserait pas atteindre par le scandale du mal. «Je voudrais, au contraire, que tous nous cherchions à dépasser ce sentiment de mécontentement et de résignation qui nous saisit souvent, nous plongeant dans l’apathie, et provoquant la peur ou l’impression qu’on ne peut opposer de limites au mal».

Le journaliste André Kolly, ancien directeur du Centre catholique de radio et télévision (CCRT), a souhaité pour sa part que l’ASJC se profile davantage dans l’opinion publique, en prenant position sur des sujets d’actualité, comme  sur l’initiative «No Billag» et la défense du service public. Compétence a été donnée au comité de réagir rapidement à chaque fois qu’une prise de parole de journalistes catholiques est souhaitable.JB


Prix médias 2017 pour jeunes journalistes

L’ASJC a décerné comme chaque année ses Prix médias 2017 pour jeunes journalistes. Doté d’un diplôme et d’une enveloppe de 1’000 francs, ce Prix d’encouragement récompense un journalisme de qualité. L’association, présidée par le journaliste fribourgeois Maurice Page, a distingué cette année Cédric Reichenbach, originaire de Sion, journaliste à l’Echo Magazine, ainsi qu’Anna Miller, journaliste et auteure vivant à Zurich.

Assemblée générale de l’ASJC à Bienne Et le vainqueur du Prix est… Cédric Reichenbach (Photo: Jacques Berset)

Le jury a beaucoup apprécié le reportage saisissant de Cédric Reichenbach, «Mexique, les villages s’arment pour survivre». Bien construit bien écrit, il met en valeur l’engagement collectif au sein d’une société minée par la violence. Le jury relève également la qualité des photos qui l’illustrent. Le jury a encore salué l’énorme engagement professionnel et personnel du journaliste dans ce projet d’envergure.

Assemblée générale de l’ASJC à Bienne Et le vainqueur du Prix pour la Suisse alémanique est… Anna Miller (Photo: Jacques Berset)

«Valentin», le récit d’Anna Miller sur un enfant mort à la naissance et la réaction de ses grands-parents soulève implicitement des questions éthiques en rapport avec la vie et la mort. Le jury a apprécié en particulier la finesse de son approche journalistique et la qualité littéraire de son écriture. (cath.ch/be)

 

ASJC Mariano Tschuor, responsable du service central Marchés et Qualité à la direction générale de la SSR
5 mars 2017 | 11:36
par Jacques Berset
Partagez!