Suisse

Meinrad Furrer bénit les couples homosexuels à Zurich

«L’amour gagne» («#liebegewinnt»): sous ce slogan, des agents pastoraux protestent contre le veto du Vatican à la bénédiction des couples homosexuels. Le 10 mai 2021, l’aumônier des gays Meinrad Furrer a été le seul en Suisse à bénir publiquement dix couples sur la Platzspitz de Zurich.

Par Ueli Abt – kath.ch / traduction et adaptation Bernard Hallet

Le théologien laïc Meinrad Furrer était présent lundi, de 16 heures à 20 heures dans le parc Platzspitz à Zurich pour bénir des couples, indépendamment de leur sexe et de leur situation personnelle. Selon l’agent pastoral initiateur de la campagne, un changement de paradigme s’est opéré dans l’Église catholique – même chez certains évêques: «Beaucoup de gens, également dans l’Église, trouvent enrichissante la diversité des projets de vie et des histoires d’amour.»

L’idée de réagir au «non» de la Congrégation romaine pour la doctrine de la foi (CDF) à la bénédiction des couples de même sexe par «Liebe gewinnt» est venue d’Allemagne. La CDF avait rappelé le 15 mars 2021 que l’Église catholique n’avait pas autorité pour bénir les unions homosexuelles. On ne pouvait donc pas donner une bénédiction aux relations ou aux partenariats stables qui impliquent une pratique sexuelle en dehors du mariage, c’est-à-dire en dehors de l’union indissoluble d’un homme et d’une femme.

Au cours de la soirée du 10 mai, dix couples sont venus se faire bénir par Meinrad Furrer: six couples de lesbiennes, trois couples de gays – et un couple hétérosexuel.

L’évêque Joseph Bonnemain: «le Vatican a provoqué»

En amont de l’événement, l’évêque de Coire Mgr Joseph Bonnemain avait pris ses distances avec l’action – mais a trouvé des mots conciliants. Il a affirmé prier pour Meinrad Furrer et pour celles et ceux qui seront bénis. Dans l’émission «10 vor 10» de la télévision alémanique SRF, le nouvel évêque de Coire a relevé que «l’instruction du Vatican était une provocation». Mais il ne pensait pas que l’on gagne quoi que ce soit à répondre à une provocation par une provocation. «Il faut oser avoir un vrai dialogue. Ce n’est que dans le cadre que l’on peut avancer».

Selon Mgr Bonnemain, il n’y aura pas de sanction pour Meinrad Furrer. Il a indiqué être disponible en tant qu’évêque pour une discussion avec lui. Une offre de dialogue que l’intéressé a accepté. Selon kath.ch, Meinrad Furrer n’a plus de mission canonique du diocèse de Coire, mais est employé de l’Eglise de Zurich. Mgr Bonnemain ne serait donc pas son supérieur hiérarchique. (cath.ch/kath.ch/uab/rr/bh)

L'aumônier Meinrad Furrer a béni les couples homosexuels sur la Platzspitz de Zürich | © Ueli Abt
12 mai 2021 | 15:09
par Rédaction
Partagez!