Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme (CFR) ¦ © Jacques Berset
Suisse
Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme (CFR) ¦ © Jacques Berset

Menaces contre Martine Brunschwig Graf: un membre de Vigilance Islam exclu de l'association

15.11.2017 par Jacques Berset, cath.ch

L’individu qui avait lancé de graves menaces contre Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme (CFR), a été exclu le 12 novembre 2017 de l’Association Suisse Vigilance Islam (Asvi), dont il était membre. Cette décision de l’Asvi a été prise suite à un article de cath.ch paru la veille, citant la personnalité politique genevoise.

Lors de  la conférence organisée par le Groupe interreligieux et interculturel de la Gruyère (GIIG), le 10 novembre à Bulle, la police s’est brièvement montrée aux Halles. La raison: les menaces – “proches de menaces de mort” – reçues par Martine Brunschwig Graf dans le cadre du colloque à l’Université de Fribourg “Hostilité envers les musulmans: société, médias, politique”, le 11 septembre 2017. Ce débat scientifique était organisé par la CFR, en partenariat avec le Centre Suisse Islam et Société de l’Université de Fribourg (CSIS) et le Centre de recherche sur les religions de l’Université de Lucerne (ZRF). La présidente de la CFR avait été prise pour cible par un membre de l’association genevoise Vigilance Islam et a porté plainte.

“Des actions qui font partie du débat démocratique”

La personne en question, condamnée à une amende, “a été exclue dimanche par notre comité (comme le prévoient nos statuts), pour les menaces proférées à l’encontre de Mme Brunschwig Graf et d’une autre personne”, écrit le 14 novembre 2017 la journaliste Mireille Vallette, présidente de l’Association Suisse Vigilance Islam (Asvi).

Mme Valette dit avoir découvert cette affaire pour la première fois en lisant l’article de cath.ch. Elle affirme que l’Asvi “n’accepte en aucun cas des menaces ou des insultes. Ce membre a été contacté après cette décision et accepte la sanction. Il ne fera pas recours à l’Assemblée générale. Il n’a d’ailleurs, selon ses dires, à aucun moment affirmé que notre association avait joué un rôle dans ses agissements. Il a simplement signalé à la police qu’il était un de nos adhérents (…) Nos statuts énumèrent d’ailleurs par quels moyens nous entendons agir et ne comprennent que des actions qui font partie du débat démocratique”. (cath.ch/be)


Christian Levrat appelle les communautés musulmanes à se démocratiser (Photo:Urs Flueeler/Keystone)

Christian Levrat pour une reconnaissance de l'islam

La mosquée de Genève au Petit-Saconnex (photo wikimedia commons MHM55 CC BY-SA 1.0)

L'Arabie saoudite veut "déradicaliser" la mosquée de Genève

Actualités ›