Suisse

Messes: Pierre-Yves Maillard donne des indications pour la reprise

La Conférence des évêques suisses (CES) a dévoilé un plan de protection en vue de la reprise des messes publiques, mais pas avant le 8 juin, a informé la Confédération le 29 avril 2020. Pour l’Eglise en Valais, le vicaire général du diocèse de Sion, l’abbé Pierre-Yves Maillard, donne des premières indications. Un communiqué publié par le diocèse de Sion précise les modalités à appliquer pour la reprise des messes.

Les directives de la CES visent notamment à éviter tout contact, à la fois entre les fidèles, mais aussi avec des objets potentiellement contaminés. Des recommandations qui demandent à être adaptées aux réalités valaisannes, explique l’abbé Pierre-Yves Maillard au quotidien Le Nouvelliste.

«Chaque diocèse doit pouvoir adapter ces règles à sa situation locale, nous allons donc devoir adapter ces dispositions, sans en trahir l’esprit». Le diocèse de Sion est en contact avec les autorités sanitaires cantonales pour déterminer comment les appliquer au mieux.

Les paroisses ont la possibilité de déterminer le nombre de fidèles admis à assister à la célébration selon la place disponible. L’abbé Pierre-Yves Maillard estime que l’assemblée ne devrait pas excéder le tiers de la capacité d’une église.

Pas de système de réservation

Dans un communiqué publié le 30 avril, Mgrs Lovey, évêque de Sion et Mgr Scarcella, Père-Abbé de l’Abbaye de Saint-Maurice, renoncent à la recommandation de procéder à des démarches de réservation et de places numérotées pour les messes. «En effet, l’eucharistie dont l’ensemble du Peuple de Dieu aura été privé si longtemps ne doit pas s’apparenter, lors de la levée de son interdiction, à une célébration élitiste réservée aux plus rapides ou aux plus habiles à s’en procurer l’accès», soulignent-ils dans le document.

Les baptêmes et les mariages pourront être célébrés dans le respect des normes sanitaires en vigueur. En revanche, la suppression de toutes les célébrations de la première communion et de la confirmation ainsi que leur report à la prochaine année pastorale, communiquée dans le courrier du 13 mars, restent en vigueur.

Les éventuels échanges de courtoisie à la sortie de la messe, moyennant le respect des normes en vigueur, sont laissés à la responsabilité personnelle, et ne sont donc pas absoluments interdits. «Il ne s’agit tout de même pas de déguerpir le plus vite possible», précise le communiqué.

Mgr Jean-Marie Lovey précise en outre que l’invitation adressée aux fidèles «faisant partie des groupes à risque» de se joindre plutôt à des messes de semaine ne doit pas être comprise comme une interdiction à participer aux eucharisties dominicales.

Le vicaire général indique que la carte d’identité ne sera pas demandée aux plus de 65 ans à l’entrée des églises ni que l’entrée leur sera interdite. «Il faut faire preuve d’humanité». Il rappelle que tout doit être défini d’entente avec les autorités sanitaires, selon l’évolution de la situation et le calendrier qui sera fixé par la Confédération.

Mgr Jean-Marie Lovey et Mgr Jean Scarcella demandent l’application intégrale de ce concept-cadre de la CES, dès le jour qui sera résolu par le Conseil fédéral pour une reprise des célébrations liturgiques et jusqu’à nouvel ordre. Ils demandent, dans  l’attente  de  la confirmation de cette date par les autorités fédérales, que chaque paroisse prenne les mesures nécessaires à l’application de ce plan de protection, en définissant notamment la taille de l’assemblée qui pourra prendre place dans chaque lieu de culte. (cath.ch/nf/com/bh)

L'abbé Pierre-Yves Maillard donne les premières indications pour la reprise des messes | © Bernard Hallet
30 avril 2020 | 08:33
par Bernard Hallet
Partagez!