Pour l'exorciste Antonio Fortea, le vampirisme se rapproche du satanisme (Image:Cris/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)
International
Pour l'exorciste Antonio Fortea, le vampirisme se rapproche du satanisme (Image:Cris/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)

Mexique: Meurtre sataniste pour "créer un vampire"

10.03.2016 par Raphaël Zbinden

Un homme de 24 ans a été assassiné à Chihuahua, au nord du Mexique, par un groupe de satanistes qui voulaient le faire “ressusciter en vampire”. Un exorciste espagnol met en garde contre l’engouement actuel autour de la figure du vampire.

Un rapport du procureur général de l’Etat de Chihuahua confirme que les quatre personnes accusées du meurtre – trois hommes et une femme âgés entre 18 et 25 ans – sont adeptes du satanisme, rapporte le 9 mars l’agence d’information américaine Catholic News Agency (CNA). Les satanistes du groupe dénommé “Les fils de Baphomet” ont été arrêtés début mars. Ils ont tué leur camarade Edwin Miguel Juarez Palma lors d’un rite réalisé dans un cyber café. Après l’avoir battu, ils l’ont finalement blessé à mort avec une bouteille de verre.

Le directeur de la police de l’Etat de Chihuahua, Pablo Rocha Acosta, a indiqué que le jeune homme sacrifié avait volontairement participé à la cérémonie, afin de pouvoir “ressusciter en vampire”.

Le Père Antonio Fortea, exorciste et expert réputé en démonologie, souligne à CNA que “l’engouement autour des vampires est un phénomène très lié au satanisme”. Pour le prêtre espagnol, cette mode culturelle “n’est pas juste une attirance pour les choses mystérieuses et sombres, mais une réelle attirance pour le mal, une esthétique liée à une certaine vision du monde”. Ainsi, pour l’exorciste, le vampirisme est clairement une forme de vénération du diable.

Un lien entre violence et satanisme?

Le Père Fortea relève en outre le lien existant entre une société marquée par la violence et le développement des pratiques satanistes. L’Etat de Chihuahua est en effet l’une des régions du Mexique les plus touchées par la violence liée au trafic de drogue. La ville de Ciudad Juarez, à la frontière avec les Etats-Unis, la plus grande ville de l’Etat, a longtemps été considérée comme la localité la plus violente au monde. Le pape François y a célébré une messe en février dernier, à la fin de son voyage apostolique au Mexique.

En mai 2015, le Père Fortea a organisé une séance d’exorcisme dans l’archidiocèse de San Luis Potosi, au centre du Mexique, destinée à chasser les démons de l’ensemble du pays.

“Plus une société quitte le chemin de Dieu, plus les cas de satanisme se multiplient”, assure le prêtre. L’exorciste espagnol précise que l’on ne devient cependant pas un sataniste du jour au lendemain. “Une personne ne commence à vénérer le démon que lorsqu’elle a achevé un processus de dégradation morale”, explique-t-il. (cath.ch-apic/cna/rz)


Le Satanic Temple utilise notamment l'image de l'idole Baphomet | © Marc Nozell/Flickr/CC BY 2.0

Etats-Unis: un groupe sataniste obtient le statut "d'Eglise"

La basilique Notre-Dame de Guadalupe, à Mexico (Photo:Rosa Menkman/Flickr/CC BY 2.0)

152 prêtres mexicains suspendus pour abus sexuels au cours des 9 dernières années

Actualités ›