Suisse

Mgr Bonnemain: «Je n'ai pas choisi la voie facile ou confortable»

«Si j’avais choisi la voie facile ou confortable, j’aurais certainement dit non, lorsque le pape m’a nommé évêque de Coire», a expliqué Mgr Joseph Bonnemain, 40 jours après son ordination épiscopale, le 19 mars 2021. «Je savais dès le départ que je ne pourrais pas plaire à tout le monde.»

Répondant aux questions du site conservateur kath.net, le nouvel évêque de Coire a livré sa vision sur plusieurs thèmes du moment dans le diocèse de Suisse orientale. «J’étais très conscient qu’en disant oui, je choisissais un chemin qui s’accompagnerait de grandes difficultés. Je connais très bien notre diocèse. (…). Je ne cherche pas les applaudissements, le Christ nous a montré le contraire», explique Joseph Bonnemain. Il a choisi comme devise épiscopale «L’homme est le chemin de l’Église», tirée de la première encyclique du pape Jean-Paul II. Ce chemin «nous conduit plutôt à la Croix. La détermination du Christ à être le salut pour tous les hommes, pour ceux qui l’ont acclamé, mais aussi pour ceux qui l’ont crucifié, lui a coûté la vie.»

La synodalité est très exigeante

La synodalité, un des thèmes chers au pape François, est aussi un des intérêts de Mgr Bonnemain. Mais «la synodalité ecclésiale est très exigeante. Elle n’a pas grand-chose à voir avec un mode de pensée purement démocratique», prévient-il. «Elle se réalise que lorsque nous sommes disposés à faire ensemble ce que l’Esprit Saint nous incite à faire. Il faut de l’ouverture, une écoute ouverte, sans décisions toutes faites. C’est une lutte pour percevoir la voix de Dieu, notamment en prenant au sérieux les voix des autres participants.»

A ce titre, Joseph Bonnemain juge que la décision du Chapitre de la cathédrale de ne pas procéder à l’élection du nouvel évêque – lors de sa réunion du 23 novembre 2020 – a été prise trop rapidement, sans toutes ces caractéristiques de la synodalité. Il espère aujourd’hui que les membres du Chapitre, en raison de leur appartenance à l’Eglise, soutiendront et accompagneront le choix du pape de le nommer évêque de Coire.

«Nous sommes une famille colorée, catholique et diverse dans laquelle chacun doit être apprécié, soutenu et aimé. Je peux vous garantir que je lutterai toujours pour cultiver ce mode de relation avec tous. (…) La fidélité à l’Eglise est parfois comprise et vécue de manière très différente. Personne ne doit être exclu. Il y a de la place pour tout le monde dans l’Église.», insiste-t-il.

Bénédiction de couples homosexuels: voir les situations concrètes

Interrogé sur la bénédiction de couples homosexuels, Mgr Bonnemain souligne la nécessaire distinction entre la norme et la pastorale. Les directives récemment rappelées par la Congrégation pour la doctrine de la foi sont utiles. «Mais lorsqu’on les applique ensuite à la situation concrète de personnes individuelles, on doit tenir compte de leur situation pour leur rendre justice. De nombreux facteurs entrent en jeu dans les cas individuels. Les décisions pastorales sont toujours très exigeantes. Il ne faut pas procéder au rabais, en se basant uniquement sur des normes, car on risque alors de laisser en plan la personne concrète. Je suis convaincu que le pape François serait d’accord avec moi à 100%.»

«Il y a quelques années, un homme que je connais très bien, qui vit avec son ami, m’a confié, entre autres choses : «Il n’y a rien de sexuel entre nous depuis des années. Mon ami souffre d’une dépression assez grave. Si je le quittais, il serait désespéré. Je ne peux pas faire ça !» Qui ne bénirait pas une telle attitude?», argumente Mgr Bonnemain. (cath.ch/kath.net/mp)

Joseph Bonnemain, le nouvel évêque de Coire, devrait rester en fonction au moins 5 ans. | DR
30 avril 2021 | 15:22
par Maurice Page
Partagez!