Vatican

Mgr Gallagher: une alliance science-humanisme pour sortir de la crise

La reprise post-Covid devra se fonder sur «une nouvelle alliance entre la science et l’humanisme, qui doivent être intégrés et non séparés, voire pire encore, opposés», a déclaré Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les relations avec les États du Saint-Siège, dans une lectio magistralis à l’Accademia Nazionale dei Lincei à Rome le 23 novembre 2020, rapporte Vatican News.

À l’occasion d’une conférence intitulée «Fraternité, écologie intégrale et Covid-19: La contribution de la diplomatie et de la science», le prélat britannique a rappelé l’importance de construire «une approche systémique basée sur une solidarité renouvelée, exercée également dans le respect du bien commun et de l’environnement».

Lors de sa prise de parole, Mgr Gallagher a reconnu, «en dépit du fait que nous assistons à des progrès sans précédent dans les différents domaines de la science», que le monde actuel est confronté à de nombreuses crises humanitaires. Aux crises sanitaire, alimentaire et environnementale s’ajoute la crise économique et sociale, amplifiée par la pandémie. Selon le prélat, ces crises sont si fortement liées entre elles que l’on peut parler «d’une crise socialo-sanitaire-environnementale unique et complexe».

Une meilleure politique de portée internationale, inclusive et au service de tous

La relance après la pandémie liée au Covid-19 devra se fonder sur «une nouvelle alliance entre la science et l’humanisme, qui doivent être intégrés et non séparés, voire pire encore, opposés» ainsi que sur «une approche systémique basée sur une solidarité renouvelée, exercée également dans le respect du bien commun et de l’environnement», a affirmé le diplomate. Il s’agit de développer, comme le demande le pape François dans sa dernière encyclique Fratelli Tutti, «une communauté mondiale capable de réaliser une fraternité des peuples et des nations qui vivent l’amitié sociale».

La solution se trouve, selon le prélat, dans une «une meilleure politique, inclusive, au service de tous, de portée internationale» et une collaboration scientifique «véritablement interdisciplinaire, ne laissant de côté aucun type de connaissance». Mgr Gallagher a par ailleurs souligné que, si la crise du Covid-19 constitue «un véritable point de conversion, elle peut aussi être un élément de perversion, de retrait individualiste, d’exploitation». Sortir de cette crise représente donc «un défi de civilisation en faveur du bien commun et un changement de perspective qui doit placer la dignité humaine au centre de toutes nos actions». (cath.ch/imedia/at/gr)

Mgr Paul Gallagher, secrétaire pour les relations avec les Etats du Saint-Siège | © Flickr – Utenriksdepartementet UD – CC BY-NC-ND 2.0
24 novembre 2020 | 15:29
par I.MEDIA
Partagez!