Mgr Paglia lavé de tout soupçon de corruption

Rome, 21.09.2015 (cath.ch-apic) Le président du Conseil pontifical pour la famille, le prélat italien Mgr Vincenzo Paglia, a été lavé de tout soupçon quant aux accusations de corruption qui pesaient sur lui, a annoncé un communiqué de son secrétariat le 21 septembre 2015. L’archevêque italien appartenant à la Communauté Sant’Egidio a salué la fin de cette «épreuve» personnelle.

Le prélat avait été mis en examen en mai dernier, notamment visé par les accusations d’association de malfaiteurs, de fraude, ou encore de détournement de fonds, alors qu’il était évêque de Terni-Narni-Amelia, au centre de l’Italie, entre 2000 et 2012. Il était soupçonné d’avoir permis l’achat par l’institut diocésain d’aide au clergé d’un ancien couvent franciscain, le château de San Girolamo, bien en-dessous de sa valeur.

Non-lieu

Mais au terme de l’enquête préliminaire, la justice italienne a décrété un non-lieu. L’affaire a été classée comme étant sans relation avec l’archevêque qui a été reconnu par le juge d’instruction «totalement étranger aux faits reprochés». Réagissant à son acquittement, le chef du dicastère pour la famille a exprimé sa grande satisfaction. «J’ai toujours eu confiance dans le travail de la magistrature», a-t-il assuré avant d’ajouter: «Un moment d’épreuve difficile se conclut ainsi pour moi».

Le diocèse de Terni, après le départ de Mgr Paglia en 2012, avait fait les gros titres de la presse locale en raison d’un bilan financier désastreux, avec une dette alors évaluée entre 15 à 20 millions d’euros. (apic/imedia/ak/rz)

22 septembre 2015 | 06:55
par Raphaël Zbinden
Fraude (11), Justice (32), Vincenzo Paglia (27)
Partagez!