Mossoul Les églises de la vieille-ville ont été détruites par les bombardements des forces alliées | © Jacques Berset
International
Mossoul Les églises de la vieille-ville ont été détruites par les bombardements des forces alliées | © Jacques Berset

Mossoul: messe de réconciliation pour le retour des chrétiens chassés par Daech

04.03.2019 par Jacques Berset

Grâce au travail commun de volontaires chrétiens et musulmans, l’église syro-catholique Saint Thomas, dans une ville de Mossoul encore encombrée de ruines, a permis à Mgr Petros Mouché, l’évêque syriaque catholique de Mossoul et Qaraqosh, de célébrer, le 28 février 2019, une première messe pour la paix et la réconciliation.

Malgré la tension toujours palpable, une cinquantaine de familles chrétiennes sont revenues s’installer dans cette métropole sunnite du nord de l’Irak, totalement libérée des djihadistes de Daech, l’Etat islamique, en juillet 2017.

Environnement de destructions et de gravats

Dans un environnement de destructions et de gravats, la messe pour la paix, en présence du dominicain Najib Mikhail Moussa, archevêque chaldéen de Mossoul, s’est déroulée en compagnie de religieuses, de prêtres, de représentants des organisations de la société civile et de groupes musulmans, yézidis, shabaks, kurdes et turkmènes.

Mgr Petros Mouché, évêque syriaque catholique de Mossoul et Qaraqosh | © Jacques Berset

L’église a été endommagée mais pas complètement détruite comme l’ont été par contre d’autres édifices religieux lors des batailles ayant conduit à la libération de la ville. Elle a toutefois été saccagée par les djihadistes de Daech, qui s’étaient emparés de Mossoul en juin 2014, avant d’en être chassés complètement après d’âpres combat qui ont réduit la vieille ville et ses nombreuses églises à un tas de ruines.

Saint Thomas, un édifice vieux de 12 siècles situé dans le quartier historique de l’horloge, est l’une des plus antiques églises de Mossoul. La messe a été célébrée dans cette église partiellement restaurée par Mgr Petros Mouché, à un an et demi de la libération de la ville. La célébration de cette messe est vue comme un encouragement à l’adresse de toutes les familles chrétiennes chassées de Mossoul et des villages de la Plaine de Ninive durant l’été 2014.  (cath.ch/fides/be)


Le Père Ghazwan Youssif Baho, recteur du Babel College à Ankawa | © Jacques Berset

Les chrétiens venus d'Irak et de Syrie revivifient l'Eglise en Occident

De la rive orientale du Tigre, vue sur la vieille ville de Mossoul écrasée par les bombes | © Roberto Simona

Condoléances du pape après le naufrage de Mossoul

Actualités ›