Derrière les murs du couvent de Müstair, dans le canton des Grisons | © Klaus Petrus
Suisse
Derrière les murs du couvent de Müstair, dans le canton des Grisons | © Klaus Petrus

Müstair: la vie derrière les murs du couvent

13.09.2018 par Florian Wüstholz/traduction: Raphaël Zbinden

Sœur Pia Willi vit depuis 60 ans au couvent Saint-Jean-Baptiste de Müstair, en Basse-Engadine, à 1250 mètres d’altitude. Elle a œuvré pour une ouverture du monastère au monde extérieur. Aujourd’hui, elle jette un regard sans fard sur le présent et l’avenir de l’institution.

Sœur Pia frappe deux coups et les moniales du Val Müstair, réunies dans l’église, se lèvent. “Seigneur, ouvre mes lèvres pour que ma bouche proclame ta louange”, prient les neuf sœurs en dessinant une croix sur leurs lèvres avec le pouce. Ce sont les premiers mots et les premiers sons de la journée. Les bénédictines ont passé les dix dernières heures dans le silence de leur chambre. Ainsi le prescrit la règle de saint Benoît – un livre plutôt mince, en 73 chapitres. Ce “manuel” vieux de 1500 ans régit la vie spirituelle et monastique du lieu. “Ora et labora” – prie et travaille. Depuis plus de 1200 ans, c’est la devise du couvent Saint-Jean-Baptiste. Entre les cinq temps de prière de la journée et la messe, les religieuses s’affairent au nettoyage, à la cuisine, au jardinage, à la broderie, à la pâtisserie, à la cueillette, à la gymnastique ou à la lecture.

Connaître le monde avant le monastère

Ce labyrinthe de couloirs, d’escaliers, de recoins et de pièces, peuplé de statues de saints, est la demeure de Sœur Pia depuis 60 ans. “Je me suis toujours sentie attirée par le monastère”, assure la Zurichoise. Mais quand elle a voulu franchir le pas, à l’âge de 18 ans, une religieuse de l’époque lui a conseillé de faire tout d’abord l’expérience du monde.

Soeur Pia Willi, Mère Abbesse du couvent de Müstair | © Klaus Petrus

La fille de médecin est donc devenue dessinatrice scientifique. Elle a voyagé à Paris, illustré des livres, suivi l’enseignement d’artistes de renom. Aujourd’hui encore, elle dessine en traits filigranes des cartes postales artistiques illustrant la vie à Müstair. Car même à Paris, elle gardait le monastère dans un coin de son cœur. Une prière dans la crypte de Disentis et une visite à Müstair lui en ont apporté la certitude. “Je suis allée à l’église et j’ai su que ma place était ici.” Elle avait 26 ans.

“Si j’étais partie, j’aurais été infidèle”

La bénédictine se balade dans le jardin dans son habit noir et caresse l’un des quatre chats du monastère. A l’abri des murs, poussent les herbes pour les tisanes, pour le sel aromatisé et les onguents, les légumes, les baies et les pommes, qui pendent aux arbres noueux. Les moniales vivent cloîtrées. Leurs lieux sont réservés à la communauté et elles ne les quittent que rarement. Dans le passé, les sœurs ne pouvaient parler à leurs proches ou caresser les pieds d’un neveu nouveau-né qu’à travers une grille de deux mètres de large. “Au début, la vie derrière la clôture me pesait”, se souvient Sœur Pia. “C’était un choc. Je me suis rendue compte que je n’avais plus le droit d’écrire à mes proches, de leur téléphoner, de les voir. C’était très difficile pour moi.”

Aujourd’hui âgée de 86 ans, elle confie n’être même pas allée aux funérailles de ses parents. C’est la sévérité bénédictine. Elle se décline ainsi parce que la vie monastique y est souvent perçue comme une forme de martyre. Sœur Pia n’a pourtant jamais pensé à quitter le monastère. “Si j’étais partie, j’aurais été infidèle “, explique-t-elle.

Ouverture sur le monde

La Zurichoise a été élue Mère abbesse en 1985 . Une fois responsable, elle a décidé de changer un certain nombre de choses. A ses yeux, l’enfermement strict est malsain et n’est pas une voie favorable pour l’avenir. Était-ce le résultat de sa propre expérience de vie? Ou du changement rapide du monde extérieur, avec lequel les murs épais et les grilles de fer ne peuvent empêcher complètement le contact?

Elle a en premier lieu fait murer l’espace grillagé, le symbole le plus puissant de la stricte clôture. Aujourd’hui, les moniales peuvent sans autre rencontrer des amis ou se promener sur les pentes fleuries du Val Müstair. Le contact avec le monde extérieur est de plus cultivé par le biais de retraites et d’ateliers d’herboristerie.

Des couvents qui vieillissent

Les résidentes verraient également d’un bon œil l’arrivée de nouvelles recrues. Mais il n’y a pas eu de nouvelles entrées depuis de nombreuses années. “Il s’agit de prendre très grand soin d’une personne qui désire aujourd’hui entrer au monastère”, reconnaît Sœur Pia. La résignation est perceptible dans les mots de la femme sensible et modeste. “Je ne pense pas que quelqu’un entrera encore”, confesse-t-elle en souriant. Dans l’un des nombreux couloirs, sont déposés les bagages d’une candidate qui part. “Elle aurait signifié un grand espoir pour nous”. Mais les strictes règles bénédictines rendent difficile un renouvellement radical.

En dehors des temps de prière, les religieuses effectuent leurs tâches journalières | © Klaus Petrus

En Suisse, il existe encore onze couvents de bénédictines. Ils luttent tous contre le même problème. Les sœurs vieillissent, ne peuvent plus travailler. Il leur est de plus en plus difficile de se déplacer et à un moment donné, elles ont besoin de soins. Et parce qu’il n’y a pas assez de jeunes, il y a de moins en moins de personnes qui peuvent s’occuper à plein temps du bien-être physique et psychologique des sœurs âgées ou malades. Les bénédictines des monastères de Melchtal et Wikon, dans le canton de Lucerne, déménageront bientôt dans un centre pour religieuses âgées à Sarnen (OW).

Que restera-t-il ?

Contrairement à d’autres, le monastère de Saint-Jean-Baptiste possède un très riche patrimoine. L’église contient des fresques carolingiennes du IXe siècle et d’autres trésors culturels. Elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983. Est-ce tout ce qui restera quand les religieuses seront parties? Les derniers rayons du jour disparaissent derrière le Piz Turettas enneigé. C’est l’heure des complies, la dernière prière du jour. La Mère abbesse frappe. Les soeurs se lèvent. (cath.ch/fw/rz)

Au couvent de Müstair, les religieuses ne sont plus strictement cloîtrées | © Klaus Petrus
Au couvent de Müstair, les religieuses ne sont plus strictement cloîtrées | © Klaus Petrus
Le couvent Saint-Jean-Baptiste de Müstair, en Basse-Engadine | © Klaus Petrus
Le couvent Saint-Jean-Baptiste de Müstair, en Basse-Engadine | © Klaus Petrus
Les religieuses du couvent de Müstair en prière | © Klaus Petrus
Les religieuses du couvent de Müstair en prière | © Klaus Petrus

Pour la religieuse Véronique Margron, les communautés nouvelles mais aussi les congrégations historiques peuvent être concernées | © Pierre Pistoletti

Abus sexuels sur des religieuses, un dernier tabou?

Le couvent d'Ingenbohl-Brunnen deviendra le siège de la Province suisse (Photo:kloster-ingenbohl.ch)

Les Sœurs d'Ingenbohl de Suisse fusionnent

Actualités ›