Le pape et le premier ministre indien se sont rencontrés en amont du G20 | © Keystone/Vatican Media via AP
Vatican

Narendra Modi invite le pape en Inde

Le Premier ministre indien Narendra Modi a annoncé avoir invité le pape François en Inde, via son compte Twitter, à l’issue de l’audience privée qu’il a eue avec lui au Vatican le 30 octobre 2021. Les deux hommes se sont entretenus un peu moins d’une heure. Un voyage du pape François dans le pays serait une première.

«Rencontre très chaleureuse avec le pape François. J’ai eu l’occasion d’échanger sur un large éventail de questions avec lui et je l’ai aussi invité à visiter l’Inde», a écrit le chef du gouvernement indien en poste depuis 2014, qui rencontrait le pape argentin pour la première fois.

Narendra Modi a également été reçu par le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin et le secrétaire pour les relations avec les États, Mgr Paul Gallagher. Entrevue qui a donné lieu à un communiqué lapidaire du Bureau de presse du Saint-Siège, faisant état d’une «brève conversation» et des relations bilatérales «cordiales».

Le pape François et Narendra Modi se sont vus plus d’une heure | DR

Le Premier ministre et le pape, eux, se sont vus près d’une heure, dans une ambiance visiblement chaleureuse, comme en témoignent les photos publiées par Narendra Modi. Ce dernier a offert au chef de l’Église catholique un chandelier à trois branches en argent et un ouvrage sur les engagements de l’Inde en faveur du climat. Le pontife a quant à lui remis au Premier ministre une gravure en bronze portant l’écrit «Le désert deviendra un jardin».

Organisée en marge du G20 qui se tient à Rome, cette visite de Narendra Modi était particulièrement importante pour le Saint-Siège en raison de la complexité des rapports entre le gouvernement indien et les communautés chrétiennes du pays, qui représentent moins de 5% de la population, à majorité hindoue.

D’après le rapport sur la liberté religieuse de l’année 2020 de l’Aide à l’Église en détresse (AED), les chrétiens y sont victimes de la montée du «nationalisme ethnoreligieux». Prônant la défense de «l’hindouité» – l’Hindutva –, le parti du Premier ministre, le Bharatiya Janata Party, a multiplié les gestes d’hostilités envers certains membres de la population chrétienne indienne ces dernières années.

Un signal de pacification

Contacté par I.MEDIA en amont de la venue du Premier ministre indien à Rome, Mark von Riedemann, président du comité de rédaction du rapport de l’AED, avait déclaré: «Une visite papale est le fervent espoir des chrétiens indiens, elle serait un renforcement de leur foi et un signe de leur unité et de leur appartenance à l’Église universelle.»

L’invitation officielle de Narendra Modi pourrait donc être un signal de pacification. En janvier 2021 déjà, il avait confié à des cardinaux indiens qu’il comptait inviter le pontife, ce qu’il avait longtemps refusé de faire, notamment lorsque le pape aurait pu venir en Inde en 2017 lors d’un déplacement dans la région.

Si le pape François se rendait en Inde, il s’agirait du troisième voyage d’un pontife dans le pays après les visites de Jean Paul II en 1986 et 1999. (cath.ch/imedia/ak/bh)

Le pape et le premier ministre indien se sont rencontrés en amont du G20 | © Keystone/Vatican Media via AP
30 octobre 2021 | 12:36
par I.MEDIA
AED/ACN (26), Inde (206), Narendra Modi (26), pape Francois (199), Vatican (471), Voyages du pape (400)
Partagez!