Suisse

Neuchâtel: le peuple dira son mot sur les communautés religieuses

Les Neuchâtelois veulent se prononcer sur la reconnaissance d’une communauté religieuse. Ils ont refusé, le 26 septembre 2021, à 56,25% la loi qui laissait cette compétence au Grand Conseil.

La participation s’est montée à 36,94%. Toutes les communes ont dit à non à cette nouvelle loi, à l’exception de Neuchâtel qui l’a accepté à 52,48% et de La Chaux-du-Milieu, où les oui et les non arrivent à égalité.

Le PLR et l’UDC avaient lancé un référendum. Les deux partis convergeaient sur un point central: le peuple doit avoir le dernier mot sur la reconnaissance d’utilité publique des communautés religieuses. Le Centre était aussi opposé à la loi, tout comme le POP, mais pour d’autres raisons, soit la défense de la stricte laïcité.

Le Conseil d’Etat, le PS, Les Verts, les Vert’libéraux, SolidaritéS, le Parti évangélique et les Eglises officiellement reconnues étaient en faveur du oui.

Campagne peu animée

Le POP, tout comme l’UDC, ne voulait pas non plus que les communautés reconnues d’utilité publique puissent dispenser un enseignement religieux facultatif dans les locaux de l’école publique, pour que l’école ne soit pas le vecteur de telle ou telle religion. Le conseiller d’Etat Laurent Kurth avait expliqué que la mise à disposition de locaux n’a rien à voir avec un contenu de programme scolaire.

La campagne fut peu animée, les partis ayant investi peu de moyens pour soutenir ou combattre la votation. Les plus actifs ont été un comité citoyen favorable à la loi, dont fait partie l’ancien conseiller national socialiste Jacques-André Maire.

Après en avoir débattu, le parlement cantonal avait décider de donner cette compétence à une majorité qualifiée du Grand Conseil de 60%, avec la possibilité d’un référendum facultatif demandé par 30 députés. Pour la majorité parlementaire, accorder au peuple le dernier mot comportait un trop grand risque d’arbitraire sur fond de xénophobie et de populisme.

La nouvelle Constitution cantonale, adoptée en l’an 2000, prévoit qu’à côté des trois Eglises «historiques», l’Etat peut reconnaître d’intérêt public d’autres communautés religieuses. Il a cependant fallu plusieurs années pour que le Conseil d’Etat lance le processus destiné à mettre en place la loi d’application.

Alors que plus de 95% de la population suisse de plus de 15 ans déclarait faire partie d’une communauté chrétienne en 1970, en 2019, cette proportion, dans le canton de Neuchâtel, n’était plus que de 44%, contre 48,8% de «sans appartenance religieuse», 4,4% de musulmans, 1,1% «d’autres» et 0,2% de juifs. (cath.ch/ag/bh)

Les Neuchâtelois s'exprimeront sur la reconnaissance des communautés religieuses | © Collégiale de Neuchâtel: Tambako The Jaguar/Flickr/CC BY-ND 2.0
26 septembre 2021 | 14:40
par Bernard Hallet
communauté (12), Neuchâtel (74), Religion (19), votation (20)
Partagez!