Suisse

Nomination de l'évêque de Coire, quel scénario probable?

Les chanoines du chapitre cathédral auraient pu élire un nouvel évêque de Coire le 23 novembre 2020. Mais ils ont renoncé à leur privilège électoral. Face à cette situation inédite, le pape François peut désormais nommer un évêque à sa convenance. Dans la soirée du 26 novembre le protocole de la réunion du chapitre, sensé rester secret, a fuité dans la presse.

Raphael Rauch kath.ch / Roland Juchem CIC / traduction adaptation Maurice Page

Après le refus, le 22 novembre 2020, du chapitre cathédral de Coire d’entrer en matière sur les trois candidats proposés par Rome comme nouvel évêque du diocèse, divers scénarios sont ouverts. Mais il est plutôt difficile de trancher entre eux, relève le canoniste Urs Brosi.

Depuis lundi, différentes possibilités ont été discutées dans les médias. Les pistes ne sont pas si faciles à esquisser, estime Urs Brosi. «Légalement, il n’y a rien de certain. La question n’est pas spécifiquement réglementée, ni dans le Concordat, ni dans le droit canon. Je ne connais aucun précédent de non-élection», explique le secrétaire général de la corporation ecclésiastique du canton de Thurgovie.

Pas de deuxième terna

En outre, Rome voudra certainement éviter de créer un précédent. «Cela inciterait les diocèses à rejeter la terna de Rome en cas de mécontentement et à attendre une nouvelle liste», note Urs Brosi. En effet les élections de l’évêque par le chapitre cathédral ne se tiennent pas seulement à Coire, mais aussi dans plusieurs diocèses de l’aire germanique, notamment à Bâle et à St-Gall, en Suisse.

Les diocèses pourraient ainsi entamer un jeu de pouvoir avec Rome qui n’apprécie pas les privilèges électoraux. «Je ne peux pas imaginer que Rome donne au chapitre cathédral de Coire un second choix avec une autre terna. Même si légalement, le pape serait bien sûr libre de le faire.»

Pour Urs Brosi, le plus probable est donc que le pape désigne librement l’évêque diocésain de Coire. Il pourrait choisir parmi la liste proposée, mais aussi appeler une autre personnalité.

Vers une prolongation du mandat de Mgr Bürcher?

La deuxième hypothèse est que le pape prolonge le mandat de l’administrateur apostolique Mgr Pierre Bürcher. Le Haut-Valaisan fêtera son 75e anniversaire le 20 décembre. Mais il n’est pas rare qu’un évêque ne prenne sa retraite que quelques années plus tard. La nomination d’un autre administrateur apostolique semble dès lors fort peu probable.

Il serait également possible pour Rome d’envoyer un visiteur apostolique à Coire – une sorte de médiateur externe. «C’est l’usage lorsque les conditions locales sont problématiques et que Rome ne fait pas confiance à l’administrateur apostolique et au nonce pour présenter correctement la situation. À mon avis, il n’y a guère de raison d’avoir un visiteur», note Urs Brosi. Ce d’autant plus que la Suisse aura un nouveau nonce l’an prochain.

Les exceptions et la règle

Le fait qu’un chapitre cathédral élise l’évêque, comme c’est le cas en Suisse ou en Allemagne, est aujourd’hui l’exception dans l’Église catholique universelle. Dans presque tous les autres pays, le pape détermine librement qui doit diriger l’Eglise locale.

Cela n’a pas toujours été le cas. Dans l’Antiquité, le peuple, les évêques voisins ou l’empereur avaient au moins leur mot à dire. Au Moyen Âge, la querelle dite des investitures fit rage entre l’empereur et le pape pour savoir qui devait nommer les évêques. L’une des raisons en est que souvent les évêques exerçaient non seulement un pouvoir spirituel mais aussi temporel. Ces princes-évêques étaient parfois des gens très puissants.

De même, jusqu’au XXe siècle, les papes ont dû se battre constamment avec les rois d’Espagne, du Portugal, de France ou d’Autriche, pour ne pas se faire imposer des évêques dont il ne contrôlaient pas la nomination.

Le même jeu de pouvoir s’est joué récemment dans les négociations entre le Saint-Siège et la République populaire de Chine. Pour Pékin, laisser le pape nommer les évêques chinois constitue une ingérence dans ses affaires intérieures. L’accord provisoire, trouvé il y a deux ans, permet un modus vivendi: l’autorité religieuse chinoise sélectionne un candidat, le pape le nomme évêque.

Les Églises catholiques orientales rattachées à Rome forment une autre exception. C’est généralement un synode qui élit l’évêque. Cette élection est soit confirmée, soit simplement enregistrée par le pape.

L’immense majorité des évêques directement nommés par le pape

Dans presque tous les autres cas, cependant, les évêques catholiques sont aujourd’hui librement nommés par le pape comme le prévoit le droit canonique (can.377).

Comme le pape ne peut évidemment pas connaître les quelque 5’000 évêques dans le monde, il est secondé dans cette tâche par la Congrégation pour les évêques à Rome et par les nonces apostoliques. Ceux-ci sont quasi constamment à la recherche de candidats potentiels à l’épiscopat.

Sous le sceau du secret le plus élevé

Toutes les informations et les correspondances dans le cadre de la nomination des évêques sont couvertes par le secret pontifical. Afin d’éviter d’éventuels piratages des archives personnelles, les ordinateurs de travail des membres de la Congrégation pour les évêques doivent être hors ligne. Des PC séparés sont utilisés pour le trafic internet et le courrier électronique.

Le questionnaire sur l’aptitude des candidats était également top secret – jusqu’à la publication du rapport McCarrick le 10 novembre dernier. En effet dans ce rapport qui explique comment l’ex-cardinal américain a pu gravir tous les échelons de la hiérarchie, malgré les soupçons d’abus sexuels qui pesaient sur lui, le questionnaire sur les candidats à l’épiscopat est documenté.

Le rôle important du nonce apostolique

Si, dans un diocèse, la nomination d’un évêque est en attente ou du moins prévisible, la recherche de candidats appropriés se met en route. Le nonce établit une liste et envoie les dossiers à Rome. En règle générale, il prend en compte les propositions des autres évêques de la province ecclésiastique et du président de la conférence épiscopale. En outre, il peut obtenir des informations sur les candidats auprès de prêtres ordinaires ou de laïcs. Cela se fait généralement au moyen du questionnaire susmentionné. Plus rarement, une enquête plus large peut être menée auprès des simples fidèles.

La Congrégation pour les évêques examine les dossiers. Si nécessaire elle pose des questions ou demande des informations complémentaires. Mais jamais auprès du candidat lui-même qui n’est pas informé avant sa nomination. La Congrégation, qui se réunit en séance plénière environ tous les mois, établit habituellement une liste de trois candidats pour le poste à repourvoir.

Le préfet de la Congrégation se rend chez le pape avec cette liste appelée terna. Parmi les trois candidats, il y a généralement un favori. Le pape décide alors lequel des candidats il désigne. S’il estime que les propositions ne sont pas appropriées ou s’il n’est toujours pas sûr, il peut demander des alternatives ou des informations complémentaires.

Le pape libre de sa décision

En vertu de son pouvoir, le pape peut aussi nommer directement un évêque sans devoir en référer à personne. Ainsi, François aurait directement nommé son successeur au siège épiscopal de Buenos Aires, en la personne de Mgr Mario Poli.

Une fois la décision prise, l’annonce est faite au candidat qui a le droit de refuser. Dans certains cas, l’autorité civile locale ou nationale est également informée. La nomination est ensuite publiée dans le «Bolletino» du Saint-Siège qui paraît chaque jour à midi. A noter qu’il n’y a pas de jour spécifique pour les nominations qui peuvent tomber également le dimanche. Le diocèse publie la nouvelle en même temps que le «Bolletino». (cath.ch/kath.ch/rr/cic/rj/mp)  

Onze voix contre dix et une abstention

Le procès-verbal de la réunion du chapitre cathédral a fuité dans la presse alémanique dans la soirée du 26 novembre. Le document, qui aurait dû rester secret, confirme et précise les éléments déjà évoqués dans les médias.
Les trois candidats proposés sur la terna étaient bien le chanoine Joseph Bonnemain, l’Abbé de Disentis Vigeli Monn et l’Abbé général des cisterciens Mauro Lepori, ancien abbé d’Hauterive (FR). La décision de ne pas entrer en matière sur cette liste a été prise par onze voix contre dix et une abstention. Les objections contre le chanoine Bonnemain concernaient sa position idéologique comme membre de l’Opus Dei et collaborateur de longue date de la direction du diocèse ainsi que son âge de 72 ans. Contre les deux religieux, l’objection principale a été leur méconnaissance du diocèse et de ses particularités locales. Des chanoines ont aussi dénoncé les interférences des évêques voisins de Bâle et de St-Gall et de l’Abbé d’Einsiedeln (membre de la Conférence des évêques suisses NDLR) dans le processus, allant jusqu’à parler de pressions et de menaces. La minorité a tenté sans succès d’éviter «un nouvel épisode sombre» dans l’histoire du chapitre cathédral de Coire et a demandé de faire confiance au pape et aux instances romaines.
Les chanoines se sont ensuite assez longuement interrogés sur la communication, les uns s’estimant tenus par le secret pontifical qui couvre l’élection des évêques, les autres relevant la nécessité de communiquer les raisons de leur choix. Ils ont finalement convenu de s’en remettre au nonce apostolique en Suisse. Une décision qui n’aura tenu que quatre jours jusqu’à la fuite du protocole dans la presse. MP

La cathédrale de Coire attend toujours son évêque | Pixabay
27 novembre 2020 | 10:00
par Maurice Page
Partagez!