International

«Nous pardonnons aux kamikazes de Pâques», déclare le cardinal Ranjith

Les catholiques sri lankais ont pardonné les attentats suicides du dimanche de Pâques 2019 qui ont semé la terreur sur l’île en faisant 279 morts, a relevé le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo. Ce pardon n’empêche cependant pas l’Eglise de réclamer une enquête indépendante pour identifier les commanditaires de ces attaques.

«Non seulement des catholiques sont morts, mais les bombes ont tué des bouddhistes, des hindous et des musulmans», a déclaré le cardinal Ranjith, le 12 avril 2020. L’archevêque qui célébrait la messe depuis sa résidence en raison de la crise du coronavirus, a ajouté : «Nous ne les avons pas haïs et ne leur avons pas rendu la violence. La résurrection est le rejet total de l’égoïsme. Nous devons être attentifs au message du Christ qui nous enseigne d’aimer nos ennemis, a souligné le prélat.

Neuf kamikazes affiliés au groupe extrémiste islamiste local National Thowheed Jamath ont fait exploser trois églises et trois hôtels de luxe le dimanche de Pâques 2019, tuant au moins 279 personnes, dont 37 ressortissants étrangers, et en blessant environ 500.

Ils ont mené des attaques à la bombe coordonnées à l’église Saint-Sébastien de Negombo, au sanctuaire Saint-Antoine de Kotahena et à l’église évangélique de Sion à Batticaloa. Depuis l’église Saint-Sébastien et le sanctuaire Saint-Antoine ont été reconsacrés et rouverts au public, mais l’église de Sion est toujours en cours de rénovation.

Le choc et l’horreur des attentats restent toujours bien présents. Les familles souffrent encore de la perte de leurs enfants et de leurs parents. Dans certaines, la perte d’un soutien de famille a causé des problèmes financiers.

L’Eglise réclame une enquête indépendante

Le cardinal Ranjith a accusé à plusieurs reprises les autorités de ne pas avoir empêcher les attentats, malgré les informations selon lesquelles ils étaient imminents. En mars, il a déclaré qu’il mènerait des protestations publiques si le gouvernement ne produisait pas un rapport crédible.

La Conférence des évêques catholiques du Sri Lanka avait appelé le gouvernement à nommer une commission indépendante chargée de mener une enquête impartiale et de traduire les commanditaires des attentats devant la justice.

Le nouveau président Gotabaya Rajapaksa a nommé une commission d’enquête officielle et a promis de rendre justice aux victimes. Pour l’heure, la police a arrêté 135 personnes en relation avec les attentats. (cath.ch/ucanews/mp)

Un attentat terroriste a fait 91 morts le dimanche de Pâques 2019, à l'église Saint Sebastien de Negombo, au Sri Lanka | © Archidiocese of Colombo
14 avril 2020 | 14:43
par Maurice Page
Partagez!