Vatican

Nouvelle constitution 'Veritatis gaudium' : objectif qualité, affirme Mgr Zani

Le préfet de la Congrégation pour l’éducation catholique, le cardinal Giuseppe Versaldi, et Mgr Angelo Vincenzo Zani, secrétaire, ont présenté le 29 janvier 2018 la nouvelle constitution apostolique sur les facultés ecclésiastiques, Veritatis gaudium. Selon eux, l’un des objectifs concrets de cette réforme consiste à promouvoir une plus grande qualité mondiale des facultés catholiques, pour leur permettre d’entrer en dialogue.

Cette nouvelle constitution, pour le cardinal Versaldi, vise à traduire les intuitions du pape François dans le domaine de l’enseignement. Afin que les facultés ecclésiastiques ne soient pas seulement plébiscitées pour leur qualité, a-t-il insisté, mais qu’elles aient un réel impact sur les changements nécessaires de la société.

Repenser la pensée catholique

Il s’agit ainsi de repenser la pensée catholique, comme l’a souligné Mgr Piero Coda, autre intervenant et membre de la Commission théologique internationale. Et ce pour éviter l’auto-référentialité de l’enseignement catholique, et le tourner vers le monde dans une perspective missionnaire.

Concrètement, pour Mgr Zani, secrétaire de la Congrégation, les changements les plus importants concernent en premier lieu l’agence du Saint-Siège chargée de vérifier la qualité de l’enseignement: l’AVEPRO. Créée en 2007 par Benoît XVI, elle exerçait son action essentiellement en Europe. Désormais insérée dans la constitution apostolique, l’agence concernera désormais toutes les facultés du monde (art. 1 et 2).

Ce contrôle de qualité est essentiel, a expliqué le prélat, car il permet aux facultés ecclésiastiques dépendantes du Saint-Siège d’adhérer aux conventions et accords internationaux, pour entrer en dialogue avec la culture académique en général.

Renforcer l’identité catholique des étudiants

Cette recherche de qualité s’exercera désormais entre autres à travers une obligation de moyens, notamment une bibliothèque adéquate, tenue en ordre et munie de catalogues (art. 53). La nouvelle constitution promeut également la mobilité des étudiants et l’enseignement à distance, en s’adaptant à la révolution informatique (art. 31). Elle souhaite en outre faciliter l’intégration académique des étudiants réfugiés (art. 32), par la régularisation de leurs diplômes.

Le prologue de la nouvelle constitution indique aussi, a affirmé Mgr Zani à I.MEDIA, la volonté de renforcer l’identité catholique des étudiants.

Il existe 792 facultés ecclésiastiques et instituts assimilés, réunies au sein de 28 athénées ou universités. Les étudiants sont au nombre de 64’500. Concernant la répartition géographique, on compte 91 facultés et instituts en Afrique. 81 en Asie, 44 en Amérique du Nord, 78 en Amérique du Sud, 4 en Océanie. Pour l’Europe, ils sont au nombre de 494, dont 72 pour la seule ville de Rome.

Optimisation des facultés romaines

S’agissant des facultés romaines, Mgr Zani a annoncé qu’une optimisation et réorganisation est en cours, en accord avec les recteurs. Une rencontre est également prévue dans les prochains jours avec les ambassadeurs de différents pays, pour étudier la participation des universités pontificales au système d’échanges européens Erasmus.

Une commission ad hoc doit enfin être mise en place prochainement, pour valider les différents critères d’application de la nouvelle constitution. (cath.ch/imedia/ap/mp)

'Veritatis Gaudium' règle les études ecclésastiques
29 janvier 2018 | 14:09
par Maurice Page
Partagez!