International

Ouganda: Un pasteur brûlant des Bibles comparaît devant la justice

Le pasteur protestant ougandais Aloysius Bujjingo, de l’Eglise HPM (House of Prayer Ministries International), comparaît devant la justice à Kampala depuis le 10 juillet 2017 pour avoir brûlé des centaines d’exemplaires de la Bible en avril dernier.

L’homme d’Eglise dénonce le fait que certaines versions de la Bible, parlant de l’Esprit saint, usent du terme «Holy Ghost» à la place de «Holy Spirit». Pasteur principal de l’église HPM à Kampala, la capitale de l’Ouganda, Aloysius Bujjingo avait demandé à ses fidèles,  le lundi de Pâques 2017, d’incendier des milliers d’exemplaires de la Bible, sous prétexte qu’ils étaient des versions «fausses et trompeuses» du livre sacré, rapporte le quotidien ougandais «The Monitor».

Les exemplaires incriminés sont une traduction anglaise de la Bible, faite il y a 51 ans par la Société biblique américaine (American Bible Society).  Elle a été publiée pour la première fois sous le titre «Bonne nouvelle pour l’homme moderne». Cette publication dérive de la «King James Version Bible» (KJV) de 1611.

Aloysius Bujjingo dénonce le fait que des passages ont été falsifiés et que des versets de la Bible originale ont été supprimés. Par exemple, dans la version incriminée, pour l’Esprit saint, le mot «Holy Ghost» apparaît 99 fois tandis que «Holy Spirit» n’apparaît que sept fois.

Atteinte à la liberté de culte

«C’est un  criminel ! Le fait de brûler des bibles va à l’encontre de la Constitution qui garantit la liberté de culte. Il a détruit des objets de culte que sont la Bible, le Coran, les chapelets et tout autre élément que les gens peuvent choisir ou utiliser pendant le culte»,  a dénoncé Anthony Wameli Yeboah, avocat de la partie plaignante. Pour l’avocat, le pasteur Bujjingo a diabolisé certains types de Bibles.

Il a ajouté qu’Aloysius Kizza Matovu et l’évangéliste Francisco Semugooma, qui ont porté plainte contre le pasteur extrémiste, réclamaient la détention du pasteur  Bujjingo,  car ils avaient «des informations fiables» indiquant qu’il continuait de brûler des Bibles. L’avocat a demandé que la cour lui interdise de poursuivre ces actes condamnables.

Des centaines de disciples du pasteur Aloysius Bujjingo ont manifesté lors de l’ouverture du procès, amenant la juge Esther Nasambu à suspendre l’audience pour permettre au pasteur de calmer ses fidèles. La Société biblique de l’Ouganda annonce de son côté vouloir entreprendre une action en justice contre Bujjingo pour «insulte au christianisme». (cath.ch/the monitor/ibc/be)

Pasteur Aloysius Bujjingo, Kampala
12 juillet 2017 | 11:40
par Jacques Berset
Bible (72) , Holy Ghost (1) , Holy Spirit (1) , Ouganda (51)
Partagez!