Vatican

Palestine: le Saint-Siège reste attaché à une solution à deux États

«Nous restons attachés à l’objectif de deux États» mais «si quelqu’un arrive avec les bonnes conditions, un règlement juste, alors d’accord, on l’étudiera», a confié Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États dans une interview publiée par Crux, le 8 octobre 2020. Le diplomate a par ailleurs salué la signature des accords d’Abraham entre Israël et les Émirats arabes unis et entre Israël et Bahreïn, le 15 septembre 2020.

La diplomatie vaticane ne s’était pas exprimée sur les accords d’Abraham signés le mois dernier à Washington (États-Unis). Comme le rappelle Crux, certains avaient interprété ce silence comme une désapprobation, le Saint-Siège n’appréciant pas que les Palestiniens ne soient pas partie-prenante dans les discussions. Mgr Gallagher a rejeté cette lecture, même s’il explique que la conviction du Saint-Siège est de considérer «qu’il y a un plus grand avantage à conclure des accords multilatéraux qui rassemblent des régions ou des groupes de pays».

Le Saint-Siège salue l’accord entre Israël et les Emirats

«Dans le contexte du Proche-Orient et des relations entre Israël et les Émirats, oui, nous voyons cela de manière positive», a acquiescé le prélat. «C’est une chose très positive que le Saint-Siège ne peut qu’applaudir», a-t-il même ajouté, soulignant qu’une partie de son administration fut «surprise» par l’annonce de ces accords. Mgr Gallagher a toutefois exprimé son «inquiétude» quant à l’ »isolement» des Palestiniens dans la région, appelant une nouvelle fois Israël et l’Autorité palestinienne à des négociations.

À ce propos, s’il a rappelé la position du Saint-Siège qui plaide depuis des décennies pour une solution à deux États, le «ministre des Affaires étrangères» du Vatican a apporté une nuance. «L’un des grands problèmes que nous avons est que beaucoup de jeunes Palestiniens ont perdu l’espoir en général, mais ils ont aussi perdu la foi dans la solution à deux États», a-t-il déploré. Et d’en conclure : «nous devons l’envisager. Si quelqu’un arrive avec les bonnes conditions, un règlement juste, alors d’accord, on l’étudiera. On n’est pas complètement fermé».

Revenant sur les accords d’Abraham, l’archevêque britannique s’est réjoui qu’ils aient entraîné la suspension temporaire des plans d’annexion en Cisjordanie par Israël. «C’est une bonne chose, et nous espérons que cela deviendra permanent», a-t-il estimé. (cath.ch/imedia/hl/mp)

Bethléem, le mur de séparation
9 octobre 2020 | 11:48
par I.MEDIA
Israël (127), Palestine (91), Saint-Siège (122)
Partagez!