Pallier à la drogue en éduquant le cœur des jeunes «à la joie», selon card. Turkson

Pour lutter contre le fléau de la drogue, dont les premières victimes sont les jeunes, il faut «éduquer leur cœur à la joie», a soutenu le 26 juin 2018 le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral. Il a partagé son message à l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogue.

Premières victimes de la drogue, les jeunes vivent dans une «société relativiste et hédoniste», a affirmé le cardinal Turkson. Vivant souvent «de manière virtuelle», les jeunes générations sont ainsi tentées par des propositions de bonheur éphémère et de fugue qui sont in fine «du poison qui ronge, corrompt et tue». Il en résulte une dévastation de «l’intégrité» de la personne avec de lourdes répercussions «pour le développement, pour la paix et la sécurité» dans le monde.

Redonner la joie de vivre

Pour pallier à cela, a assuré le cardinal-préfet, il faut proposer aux jeunes des programmes éducatifs «incisifs et concrets» et «éduquer leur cœur à la joie». Pour aider à retrouver la «profondeur face à la superficialité», a-t-il encore confié, il faut privilégier la relation humaine. La prévention et la réinsertion des victimes de ce fléau dans la société doivent permettre de leur redonner «la joie de vivre».

Depuis 1987, les Nations unies ont instauré une journée spéciale pour renforcer la lutte et la coopération internationale contre la drogue, sa consommation et son trafic. Plus de 250 millions de personnes sont victimes de ce phénomène, dont près de 30 millions souffrent de troubles mentaux provoqués par leur consommation. (cath.ch/imedia/pad/gr)

Le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère pour le service du développement humain intégral |© Jacques Berset
26 juin 2018 | 16:18
par Grégory Roth
Partagez!