Vatican

Le pape célèbre la messe chrismale avec le clergé de Rome

Au matin du Jeudi saint, le pape François a célébré la messe chrismale dans la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 13 avril 2017. Au cours de cette messe où les cardinaux, évêques et prêtres présents à Rome sont réunis autour de leur évêque, le pontife a demandé aux prêtres d’incarner la joie évangélique et d’être semblables au Cœur transpercé du Christ doux et humble.

Le prêtre est celui qui a été oint dans ses péchés par l’huile du pardon (…), pour oindre les autres. Et, à l’instar de Jésus, a-t-il ajouté, le prêtre rend joyeuse l’annonce par toute sa personne. Notamment par ses homélies – si possible en étant bref – il touche le cœur de son peuple grâce à la Parole par laquelle le Seigneur l’a touché, lui, dans sa prière.

Perle précieuse de l’Evangile

Cette joyeuse annonce est la perle précieuse de l’Evangile, a poursuivi le pape. Elle est composée de trois grâces, que personne ne doit séparer: sa Vérité non négociable, sa Miséricorde inconditionnelle pour tous les pécheurs, et sa Joie intime et inclusive.

La Vérité ne peut pas être abstraite, mais incarnée. De même, la Miséricorde ne peut pas être une fausse commisération, qui laisse le pécheur dans sa misère parce qu’elle ne lui tend pas la main. Et l’Annonce, quant à elle, ne peut jamais être triste ou neutre : c’est la joie de Jésus lorsqu’il voit que les pauvres sont évangélisés.

Importance de Marie dans le sacerdoce

Le pape François a ensuite donné trois icônes de ces joies de l’Evangile. Parmi elles, la Vierge Marie, qui tressaille de joie dans la louange. Ce qui lui permet de surmonter la tentation de la peur, de sortir pour communiquer la joie aux autres. «Sans Marie nous ne pouvons avancer dans notre sacerdoce», a souligné le pontife. La Samaritaine, qui a apporté de l’eau à Jésus dans l’Evangile, en est un deuxième exemple, celui du service concret et de la tendresse.

Enfin, troisième exemple, celui du Cœur transpercé du Seigneur, intégrité douce, humble et pauvre, qui attire chacun à Lui. A son image, l’évangélisation ne peut pas être présomptueuse et l’intégrité de la vérité ne peut pas être rigide. Parce que le christianisme est une religion incarnée, a-t-il précisé.

Ainsi, a conclu le pape, «l’Esprit nous inspire à tout moment ce que nous devons dire à nos adversaires et éclaire le petit pas en avant qu’en ce moment nous pouvons faire. Cette douce intégrité donne de la joie aux pauvres, redonne du courage aux pécheurs, fait respirer ceux qui sont opprimés par le démon».

Bénédiction des huiles saintes

Après l’homélie, conformément à la tradition de la messe chrismale, les prêtres ont renouvelé leurs promesses sacerdotales, puis le pape a béni les huiles destinées aux sacrements : l’huile des malades et celle des catéchumènes, ceux qui seront baptisés dans la nuit de Pâques, et enfin le Saint Chrême, mélange d’huiles parfumées qui sert notamment lors des sacrements de l’ordre et de la confirmation.

La consécration du Saint Chrême, qui porte la puissance de l’Esprit Saint dans la tradition catholique, et la bénédiction de l’huile sainte font partie des traditions liturgiques les plus vénérables. En Occident, on les fixa au Jeudi saint en prévision des baptêmes de la nuit pascale. Cette messe spéciale était célébrée par l’évêque dès le 4e siècle.

Dans l’après-midi de ce Jeudi saint, vers 17h, le pape présidera la messe de la Cène, première célébration du Triduum pascal, dans la maison de réclusion de Paliano, en Italie centrale. Les détenus de cette prison sont essentiellement d’anciens mafieux. La célébration, au cours de laquelle le pontife lavera les pieds de quelques détenus, sera à caractère strictement privé, a précisé le Saint-Siège, et ne sera donc pas retransmise. (cath.ch/imedia/mp)

Le pape François
13 avril 2017 | 12:09
par Maurice Page
Partagez!