Le cité médiévale de Piazza Armerina, première étape de la visite du pape François en Sicile | wikimedia commons jriberio1CC BY-SA 4.0
International
Le cité médiévale de Piazza Armerina, première étape de la visite du pape François en Sicile | wikimedia commons jriberio1CC BY-SA 4.0

Pape François: "La Sicile souffre de nombreuses plaies"

15.09.2018 par I.MEDIA

Le pape François a invité les fidèles à s′engager pour montrer que ″la vie n’est pas sombre malédiction”, le 15 septembre 2018 dans la ville de Piazza Armerina, au  centre de la Sicile, où il est en visite pastorale.

Après avoir été chaleureusement accueilli par les foules massées à Piazza Armerina, le pape a été reçu par  l′évêque du lieu, Mgr Rosario Gisana. L’Eglise nous invite à faire un choix radical, a-t-il affirmé : “être pauvre parmi les pauvres et pour les pauvres. Et ce pour soutenir un peuple qui subit un ″état dépressif inhabituel″, provoqué par une sorte de démission et par la force démoniaque des mafias.

A son tour, le pontife a listé de nombreuses plaies qui entravent ce territoire : sous-développement social et culturel, exploitation des travailleurs, manque d′emplois décents, alcoolisme ou dépendances, aux jeux notamment. Face à ces problèmes et à la crise de la foi des Siciliens, la communauté ecclésiale locale peut parfois sembler perdue et fatiguée.

Les fidèles de ce diocèse qui vient de fêter son bicentenaire doivent montrer que ″la vie n’est pas sombre malédiction à supporter avec fatalisme, mais la confiance dans la bonté de Dieu et dans l’amour des frères″. Il leur faut donc aller avec simplicité sur les places publiques pour témoigner qu′une coexistence juste, agréable et aimable est possible.

Distinguer la charité chrétienne de la simple philantropie

Pour ″donner corps à notre foi″, les fidèles doivent apprendre à reconnaître dans leurs souffrances les blessures mêmes du Seigneur, a encore déclaré le pape. C′est pourquoi, il a exhorté les fidèles à s′engager dans la nouvelle évangélisation de ce territoire à partir de ses croix et de ses souffrances. L’Eglise a une mission passionnante devant elle : “faire revivre le visage d’une Eglise synodale et de la Parole”.

Cette perspectife exige le courage d’écouter la Parole du Seigneur, a estimé le successeur de Pierre. C’est le noyau essentiel de la communion chrétienne. C′est pourquoi, a-t-il improvisé, il faut s′habituer à lire tous les jours les évangiles, afin qu′ils ″pénètrent dans notre cœur″ et fassent de nouveaux disciples.

La charité n′est pas une simple philantropie, a par ailleurs différencié le pape François, car il ne suffit pas d’assister pour excercer la charité chrétienne. Il faut en plus aller vers les causes profondes pour les enlever. ″Un aspect de la charité missionnaire est également de prêter attention aux jeunes″, a-t-il développé.

Le successeur de Pierre doit ensuite se rendre à Palerme, chef-lieu de la Sicile, située sur la côte nord de l′île, à 170km de Piazza Armerina. Il célèbrera une messe pour commémorer le martyre du Père Pino Puglisi, assassiné par la mafia il y a 25 ans jour pour jour.

Arrivée à Catane à 8h départ à 18h30

Le pape François est arrivé en avion à 8h sur la plus grande île italienne à l’aéroport de Sigonella, près de Catane, avant de repartir aussitôt pour gagner en hélicoptère le centre de l′île et la ville de Piazza Armerina. Il a rejoint ensuite en voiture le centre de cette antique cité médiévale de quelque 21.000 habitants.

Sur place, le pontife a prononcé un premier discours en public, avant de saluer quelques fidèles et de partir pour Palerme, chef-lieu de la Sicile, située sur la côte nord de l′île, à 170km de Piazza Armerina. Il arrivera sur le port de la ville pour célébrer, une heure plus tard, une messe en mémoire du bienheureux Don Pino Puglisi. Ce prêtre sicilien a été abattu il y a 25 ans jour pour jour par la mafia.

Après la célébration eucharistique, le pape déjeunera avec les résidents d′un centre d′accueil pour personnes démunies, ainsi qu’avec des détenus et des immigrés. A l’issue du repas, le successeur de Pierre se rendra en visite privée dans la paroisse San Gaetano, dont le Père Puglisi était curé entre 1990 et 1992. Le pontife visitera également sa maison à cette occasion.

A 15h30, l’évêque de Rome ira à la cathédrale de Palerme, un monument datant du 12e siècle construite à l′emplacement d′une ancienne basilique byzantine, transformée un temps en mosquée par les Sarrasins. Il y prononcera un discours devant le clergé, les religieux et les séminaristes. Une heure et demie plus tard, il s’exprimera devant les jeunes réunis sur la place Politeama – la plus importante de Palerme, véritable centre névralgique de la ville – pour sa dernière dernière prise de parole publique.

Le départ de l’avion papal à destination de la capitale italienne est prévu à 18h30 depuis Palerme pour un atterrissage à 19h20 à l’aéroport de Rome-Ciampino. (cath.ch/imedia/pad/mp)

 


Un fort tremblement de terre a secoué le centre de l'Italie (Photo: www.caritasitaliana.it)

Trois ans après le séisme, le pape François en visite dans les Marches

Le pape François dans la petite chapelle des Roms de Blaj, en Roumanie | capture d'écran Vatican media

En Roumanie, le pape demande pardon aux Roms au nom de l’Eglise

Actualités ›