Pape François : «Servir les exclus est notre unique titre d'honneur !»

Rome, 15 février 2015 (Apic) Le pape François a célébré la messe du 15 février 2015 dans la basilique Saint-Pierre avec les nouveaux cardinaux, à qui il avait solennellement remis la barrette cardinalice la veille. S’adressant directement à eux, François a développé les ‘concepts-clé’ que l’Eglise propose: la compassion face à l’exclusion et la volonté d’intégration.

Le pape François a délivré ses conseils aux nouveaux cardinaux en s’adressant directement à eux : «Je vous exhorte à servir l’Église, de façon que les chrétiens – édifiés par notre témoignage – ne soient pas tentés d’être avec Jésus sans vouloir être avec les exclus, s’isolant dans une caste qui n’a rien d’authentiquement ecclésial». Pour le pape, il s’agit non seulement accueillir et d’intégrer ceux qui frappent à la porte, mais d’aller chercher, sans préjugés et sans peur, ceux qui sont loin en leur manifestant gratuitement ce que nous avons reçu gratuitement. «La totale disponibilité pour servir les autres est notre signe distinctif, est notre unique titre d’honneur !».

Ne pas avoir peur du scandale de s’occuper des exclus

Comme un signal lancé aux nouveaux cardinaux, le pape a insisté sur le fait que Jésus n’a pas eu peur du scandale que pourrait provoquer la guérison d’un lépreux, considéré comme un «mort vivant» dans la société, rejeté de tous. «Pour Jésus, ce qui compte, avant tout, c’est de rejoindre et de sauver ceux qui sont loin, soigner les blessures des malades, réintégrer tous les hommes dans la famille de Dieu».

L’Eglise doit se retrousser les manches et sortir vers les périphéries

«Il y a deux logiques de pensée et de foi: la peur de perdre ceux qui sont sauvés et le désir de sauver ceux qui sont perdus, a détaillé le pape. Aujourd’hui aussi il arrive, parfois, de nous trouver au croisement de ces deux logiques : celle des docteurs de la loi, c’est-à-dire marginaliser le danger en éloignant la personne contaminée, et la logique de Dieu qui, avec sa miséricorde, serre dans ses bras et accueille en réintégrant et en transfigurant le mal en bien, la condamnation en salut et l’exclusion en annonce ».

Pour le pape François, il faut «se retrousser les manches et ne pas rester regarder passivement la souffrance du monde. La route de l’Église est celle de ne condamner personne éternellement; de répandre la miséricorde de Dieu sur toutes les personnes qui la demandent d’un cœur sincère. La route de l’Église c’est justement de sortir de son enceinte pour aller chercher ceux qui sont loin dans les «périphéries» de l’existence». (apic/rv/mp)

15 février 2015 | 13:01
par Maurice Page
Partagez!