Suisse

Paris-Porren: L’abbé Jean-Pierre Schaller est décédé

L’abbé Jean-Pierre Schaller est décédé le 18 août 2021, dans sa 98e année. Professeur durant trente ans à l’École cantonale à Porrentruy, ce prédicateur éloquent – nommé Chevalier de la Légion d’honneur – a longtemps officié à Paris. Peu après avoir concélébré les obsèques de Johnny Hallyday, il revient définitivement s’installer en Ajoie.

Pascal Tissier, SCJP

Natif de Porrentruy, l’abbé Jean-Pierre Schaller est toujours resté incardiné dans le diocèse de Bâle, mais c’est principalement à Paris, dans la paroisse de Saint-Louis d’Antin, aujourd’hui rattachée à l’archidiocèse de Paris, qu’il a exercé son ministère. Accompagnant spirituel à disposition des âmes en quête d’écoute et de conseils, le prêtre jurassien était un confesseur très apprécié.

Jusqu’en 2018, l’abbé Schaller résidait principalement dans la paroisse parisienne de la Madeleine. Mais il revenait généralement une semaine par mois à Porrentruy, dans le modeste appartement qu’il louait depuis les années 1960, situé au quatrième étage sans ascenseur. «Même si l’esprit reste lucide, le frère corps est très usé. Je marche avec de sévères difficultés, mais je parviens encore à gravir les escaliers», confiait-il.

Il tapait ses textes à la machine

«La foi va jusqu’à accepter la mort», tel est le titre de son ultime article publié dans le magazine Grandir. Collaborateur de longue date à cette revue spirituelle éditée à Porrentruy, l’abbé Schaller n’a jamais eu d’ordinateur ni d’internet. Il tapait ses textes sur une ancestrale machine à écrire, faisait ses corrections et ses remarques à la plume ou au stylo, puis glissait ses «feuillets» dans une enveloppe garnie de beaux timbres poste.

A réception, il s’agissait de mettre en page sa prose et d’adresser – par courriel – une épreuve à la cure de la Madeleine, où un collaborateur, faisait office d’intermédiaire. C’est finalement par téléphone qu’il «signait» son bon à tirer.

Un dernier article posthume

«C’est incroyable, j’ai encore reçu un courrier de lui ce matin, 18 août. Son article manuscrit est daté du 10 août et je découvre dans Le Quotidien jurassien du jour qu’il est décédé». Rédacteur en chef de Grandir, Claude Jenny n’en revient toujours pas. «Je savais que Jean-Pierre Schaller avait déjà fait récemment un séjour à l’hôpital. Il avait décliné l’invitation à une rencontre des collaborateurs prévue en septembre… mais de là à imaginer qu’il allait disparaître d’ici là… c’est triste». Emu, le responsable de la revue spirituelle soupire: «On publiera son dernier papier en septembre et c’est Thomas Schaffter, l’éditeur de Grandir, qui lui rendra hommage».

Auteur d’une bonne quinzaine d’ouvrages, l’abbé Schaller aimait les livres. Dans son petit appartement bruntrutain, les murs étaient garnis de bibliothèques. Des livres, des journaux et des magazines s’étalaient sur les meubles. A l’entendre, sa collection de livres anciens de François de Sales, saint patron des journalistes et des écrivains, avait gravement été endommagée par un incendie: «Ma télévision a implosé et les flammes se sont propagées dans la pièce. Heureusement que j’étais présent ce jour-là et que le feu a pu être rapidement circonscrit».

9 décembre 2017, aux obsèques religieuses de Johnny Hallyday, à l’église de la Madeleine, à Paris | Capture BFMTV

Modeste avant tout

Décoré de la Légion d’honneur, l’abbé Jean-Pierre Schaller n’aimait pas être sous les feux des projecteurs. Le 9 décembre 2017, à l’église de la Madeleine, à Paris, lorsqu’il fut avec le Père Guy Gilbert – le «curé des loubards» – l’un des concélébrants des obsèques religieuses de Johnny Hallyday, il s’excusa presque de se retrouver avec trois présidents de la République française à ses pieds. «J’espère que Dieu ne m’en tiendra pas rigueur».

Prédicateur de la paroisse de la Trinité à Paris, dès 1956, Jean-Pierre Schaller exerce son ministère à la paroisse Saint-Louis d’Antin (9e arrondissement). Délégué du Saint-Siège auprès de l’UNESCO, il prend part à divers congrès internationaux sur l’éducation. Le Saint-Siège le nomme également conseiller ecclésiastique de la Fédération internationale des pharmaciens catholiques (1981 – 2007) et consulteur au Conseil pontifical pour la pastorale des services de la santé (1986).

Une page se tourne. Jean-Pierre Schaller a tiré sa révérence pour rejoindre le Créateur. Ses funérailles seront célébrées en l’église Saint-Pierre de Porrentruy, le mardi 24 août 2021, à 14h. (cath.ch/scjp/pt/gr)

Le 9 avril 1999, l’abbé Schaller est décoré au titre de Chevalier de la Légion d’honneur par Jean Dréano, ancien président de la Fédération internationale des pharmaciens catholiques (FIPC), sous le regard d’Alain Lejeune, à gauche, président de la FIPC | © FIPC

Jean-Pierre Schaller, les étapes de vie

3 mars 1924: Naissance à Porrentruy (originaire de Vermes). Fils de Georges Schaller, industriel, et de Laetitia Crevoisier. Il a deux frères: l’un est ingénieur agronome et le second, François, a été professeur d’économie politique aux Universités de Lausanne et Berne.
Juillet 1942: Obtention d’un certificat de maturité
Juillet 1948: Doctorat en théologie à l’université de Fribourg
29 juin 1949: Ordination presbytérale
10 juillet 1949: Première messe
1949-1954: Vicaire à Zurich
1954-1959: Vicaire à Saint-Imier
1956: Ministère pastoral à Paris
1959-1989: Professeur de religion à l’Ecole cantonale de Porrentruy
26 mai 1968: Reçoit le titre de Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques
1969: Professeur invité d’éthique médicale à l’université Laval à Québec
1974: Doctorat en sciences des religions de la Sorbonne
4 mai 1975: Reçoit la Croix d’officier des Palmes académiques
9 avril 1999: Sur décret signé par le président Jacques Chirac, reçoit les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur
18 août 2021: Décès dans sa 98e année, après une courte hospitalisation

Le 27 octobre 2019 à l’église Saint-Pierre à Porrentruy, avec Mgr Felix Gmür, à l’occasion du 400e anniversaire de l’Ecole Sainte-Ursule | © SCJP

Bibliographie

  • 1949 – « Prêtre et médecin en face du malade – Etude théologique de la maladie et considérations particulières au sujet de la pastoration des tuberculeux »
  • 1955 – « Secours de la grâce et secours de la médecine »
  • 1959 – « Direction des âmes et médecine moderne »
  • 1962 – « Morale et affectivité »
  • 1968 – « Mon Père, ça ne va pas ! L’homme face à ses conflits et à ses crises »
  • 1972 – « Direction spirituelle et temps modernes » (réédité en 2017)
  • 1982 – « Morale et psychosomatique »
  • 1988 – « La mélancolie – Du bon usage et du mauvais usage de la dépression dans la vie spirituelle »
  • 1990 – « Sacrements et remèdes »
  • 1992 – « Un bouquet spirituel – Solitude de l’Homme et tendresse de Dieu »
  • 1994 – « Débroussailler son âme »
  • 1999 – « Pacifie ton cœur »
  • 2004 – « Ma maison en enfer »
  • 2005 – « Le courage d’être heureux »
L'abbé Jean-Pierre Schaller, un prêtre jurassien adopté par Paris | © Le Pays
20 août 2021 | 16:31
par Rédaction
Décès (131), Jura pastoral (69), Paris (73), Porrentruy (14), Prêtre (77)
Partagez!