Le cardinal Bechara Raï, patriarche d'Antioche des maronites | © Maurice Page
International
Le cardinal Bechara Raï, patriarche d'Antioche des maronites | © Maurice Page

Patriarche Béchara Raï: personne ne peut accepter la judaïsation de Jérusalem

17.01.2018 par Jacques Berset, cath.ch

Le patriarche maronite libanais Béchara Raï a affirmé le 16 janvier 2018 que personne ne peut accepter la judaïsation de Jérusalem, alors que Donald Trump a reconnu la Ville sainte comme capitale d’Israël, au grand dam des Palestiniens et de la communauté internationale.

La décision abrupte et sans concertation du président américain a incité Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, à refuser désormais de considérer l’administration Trump comme un médiateur crédible entre les Palestiniens et Israël, en raison de sa position sur Jérusalem.

Jérusalem doit être une ville ouverte aux trois religions

“Jérusalem est une ville ouverte aux trois religions (chrétienne, juive et musulmane), personne ne peut accepter qu’on lui donne une seule couleur, surtout qu’aujourd’hui, cette couleur est juive, ou judaïsante”, a déploré pour sa part Béchara Raï, 77e patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient.

Conférence internationale islamo-chrétienne

Le chef de l’Eglise maronite se prononçait depuis l’aéroport de Beyrouth, avant de se rendre au Caire pour assister à une conférence internationale islamo-chrétienne organisée le 17 et 18 janvier 2018 par l’Université d’al-Azhar, principal centre académique de l’islam sunnite, rapporte le quotidien francophone libanais “L’Orient-Le Jour”.

Selon le site d’information égyptien ahramonline, des responsables de 86 pays participent à la conférence d’Al-Azhar sur Jérusalem qui se tient au Centre de Conférence du Caire de l’université islamique.

La réunion de haut niveau est placée sous les auspices du président Abdel-Fattah El-Sisi. Elle veut, selon un communiqué d’Al-Azhar,” sensibiliser le public à la question de Jérusalem et mettre l’accent sur son identité arabe et islamique”. Cette conférence veut répondre aux déclarations de Trump sur Jérusalem, considérant la ville sainte comme capitale de l’Etat d’Israël, contrairement au droit international, et à sa volonté de transférer l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem. (cath.ch/orj/alahram/be)


Mgr Ivan jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège auprès des organisations internationales à Genève. | © Wikimedia/ONU/CC-BY-SA-3.0)

Jérusalem a une vocation pour la paix “au-delà des frontières“, affirme Mgr Ivan Jurkovic

Alep Mgr Abou Khazen, vicaire apostolique des catholiques latins (Photo: www.terrasanta.net)

Syrie: les responsables religieux déplorent les bombardements occidentaux

Actualités ›