Le rapport du Procureur de Pennsylvanie fait réagir le pape François | © Flickr cc
Vatican
Le rapport du Procureur de Pennsylvanie fait réagir le pape François | © Flickr cc

Pennsylvanie: le pape François appelle à reconnaître et condamner les abus sexuels

20.08.2018 par I.MEDIA

Le rapport du Procureur de Pennsylvanie fait réagir le pape François. Face aux scandales de ces abus sexuels et de leur gestion, il invite les fidèles à la lucidité et à l’engagement. “Il faut reconnaître et condamner avec douleur et honte les atrocités” commises par des membres du clergé, écrit-il le 20 août 2018 dans une “lettre au peuple de Dieu”.

Cette lettre est publiée suite au rapport du Procureur de Pennsylvanie, le 15 août dernier, indiquant qu’au moins mille personnes avaient été victimes d’environ 300 prêtres pédophiles entre 1950 et 2010 dans l’Etat américain. Ce document, estime le pape, illustre que “les blessures infligées ne disparaissent jamais”. Et malgré les mesures qui ont tenté de la “réprimer”, la douleur des victimes est une “plainte qui monte vers le Ciel”.

Honte et repentir

Face à ces abus, “nous n’avons pas su être là où nous devions (…) nous avons négligé et abandonné les petits”, se repent le successeur de Pierre, exprimant “honte et repentir en tant que communauté ecclésiale”. Ainsi, “si ce que l’on peut faire pour demander pardon et réparation du dommage causé ne sera jamais suffisant”, écrit-il, “rien ne doit être négligé“ pour éviter que ces situations puissent se reproduire. Il est donc “urgent de réaffirmer une fois encore notre engagement pour garantir la protection des mineurs et des adultes vulnérables”, insiste le pontife.

Confrontés à la douleur des “frères blessés”, les chrétiens doivent répondre “de manière globale et communautaire”. Le pape les appelle donc à la “solidarité”, pour être une “main tendue” qui protège tout en dénonçant “tout ce qui met en péril l’intégrité de toute personne”. Pour François, il faut que “chaque baptisé se sente engagé dans la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin”. A l’image de Marie au pied de la Croix, écrit-il, les chrétiens doivent se tenir auprès des victimes “sans fuir et sans pusillanimité”.

Le cléricalisme en cause

Pour l’évêque de Rome, une “conversion personnelle et communautaire” est donc nécessaire. Pour cela, il demande de recourir à “l’exercice pénitentiel de la prière et du jeûne”. Les fidèles doivent être comme “des pécheurs implorant le pardon et la grâce de la honte et de la conversion”. Cela nécessite de “reconnaître et condamner avec douleur et honte les atrocités” commises par des membres du clergé et de demander pardon “pour nos propres péchés et ceux des autres”.

Dans sa lettre, le successeur de Pierre considère qu’une des sources de ces “plaies ecclésiales” est une “manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Eglise”. Le cléricalisme, accuse-t-il, “encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux que nous dénonçons aujourd’hui”. Il dénonce également “l’appétit de domination et de possession”, ainsi que la “corruption spirituelle”. (cath.ch/imedia/xln/pp)


Abus sexuels: Mgr Morerod plaide pour un changement de culture interne


Mgr John Quinn, évêque de Winona-Rochester, aux Etats-Unis | © diocese of Winona-Rochester

Abus sexuels: le diocèse de Winona-Rochester dépose son bilan

Mgr Daniel DiNardo, président de la Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis (USCCB) (Photo:YouTube.com)

Les évêques américains débattent vivement de la crise des abus sexuels

Actualités ›