Les cloches sonnent l'appel à la prière (photo prétexte) | domaine public
International
Les cloches sonnent l'appel à la prière (photo prétexte) | domaine public

Philippines: les Américains rendent trois cloches volées en 1901

19.12.2018 par Maurice Page

Après avoir bataillé durant plus d’un siècle, l’église Saint Laurent de Rome de Balangiga, dans le centre de l’archipel des Philippines, a finalement récupéré le 15 décembre 2018 ses trois cloches dérobées par les soldats Américains en 1901.

Une fois n’est pas coutume quand on connaît les relations tumultueuses entre l’Eglise catholique et le pouvoir actuel, le président Rodrigo Duterte avait appuyé cette restitution, dans sa volonté d’émancipation vis-à-vis des Etats-Unis, rapporte “Eglises d’Asie”.

L’affaire commence en 1901, durant la guerre américano-philippine (1899-1902), alors que les États-Unis viennent de racheter les Philippines aux Espagnols. Pour se venger d’une attaque surprise philippine qui a tué presque cinquante des leurs, les soldats Américains dérobent trois cloches utilisées pour sonner le tocsin de l’église de Balangiga. Ils transportent ensuite leur butin de guerre par-delà les mers, jusqu’à leurs bases en Corée du Sud et dans l’État américain du Wyoming. Narré dans tous les livres d’histoire des Philippines, ce fait d’armes cristallise un certain ressentiment côté philippin, malgré les liens militaires conservés avec le grand frère américain.

Rapatriées dans un avion spécialement affrété par l’US Air Force, les cloches ont été restituées à leur église d’origine le 15 décembre 2018. “Cela faisait 117 ans que l’on attendait le retour de ces cloches. Aujourd’hui est un jour historique pour nous”, s’est réjoui Mgr Crispin Varquez, évêque de Borongan.

“Rendez-nous nos cloches!”

En 1957, le franciscain Horacio de la Costa fut le premier à écrire aux Américains pour demander officiellement la restitution des cloches de Balangiga. Après d’autres pétitions infructueuses, l’affaire remonte jusqu’au sommet de l’État philippin: tandis que le président Fidel Ramos propose de ne récupérer qu’une seule cloche en guise de concession, son homologue américain Bill Clinton refuse en bloc. Entre-temps, le Congrès philippin vote plusieurs résolutions pour exiger la restitution des cloches, sans effets. Jusqu’à leur retour fracassant dans un discours de Rodrigo Duterte, l’an dernier, sur l’état de la nation, devant des diplomates américains visiblement pris au dépourvu. «Les cloches de Balangiga sont à nous. Rendez-nous nos cloches !”

Devant une foule enthousiaste, Rodrigo Duterte, invité d’honneur de la cérémonie de remise officielle, est venu sonner le carillon. “Nous avons pu récupérer les cloches grâce aux prières et à la ferveur de notre nation tout entière”, a sobrement déclaré le président, avant de rendre hommage à “la générosité américaine”. (cath.ch/eda/mp)


Mgr Pablo Virgilio Siongco David, évêque de Caloocan, aux Philippines | © Jacques Berset

Berne: visite d'un évêque philippin menacé de mort par Duterte

Rodrigo Duterte est un habitué des déclarations outrancières (Photo: Prachatai/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0)

Le président Duterte prend la défense des religieux contre les menaces

Actualités ›