Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, primat des Gaules. | © Maurice Page
International
Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, primat des Gaules. | © Maurice Page

Plainte contre le cardinal Barbarin pour non-dénonciation d'un prêtre pédophile

15.02.2016 par Raphaël Zbinden

Des victimes du Père Preynat, mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs, souhaitent porter plainte contre Mgr Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, pour non-dénonciation de faits de pédophilie, rapporte le 14 février 2016 le quotidien français La Croix.

François Devaux, président de l’association La Parole libérée, fondée en décembre pour regrouper les victimes du Père Preynat, a annoncé l’intention de son groupe de déposer plainte ces prochains jours.

Outre le cardinal Barbarin, les plaintes devraient concerner Régine Maire, chargée par le cardinal Barbarin de recevoir les victimes, mais aussi le cardinal Gerhard Ludwig Müller et Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, respectivement préfet et secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, auxquels le cardinal Barbarin avait référé.

Des faits prescrits

Le cardinal Barbarin dit avoir été mis au courant “vers 2007-2008”, des comportements du prêtre lyonnais mis en examen pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991. Le primat des Gaules a expliqué le 11 février à La Croix qu’il s’agissait de faits anciens pour lesquels il n’y avait jamais eu de plainte, ni aucun indice de récidive. “Ma seule préoccupation est qu’aucun mal ne soit plus jamais commis”, avait précisé le cardinal. “C’est en 2014 que j’ai reçu, pour la première fois, une victime venue me raconter des faits aujourd’hui prescrits: j’ai écrit à Rome qui m’a conseillé de le suspendre de ses fonctions malgré les 24 années écoulées depuis les faits. Ce que j’ai fait”, a affirmé le cardinal Barbarin au quotidien français.

De son côté François Devaux, lui-même ancienne victime du prêtre, a rappelé que, dans une précédente déclaration, le cardinal lyonnais assurait avoir été au courant seulement en 2014.

45 victimes?

Le signalement aux autorités des abus de nature sexuelle à l’égard d’un mineur de moins de 15 ans est obligatoire, selon le Code pénal français, leur non-dénonciation étant un délit puni de 3 ans d’emprisonnement et de 45’000 euros d’amende. En matière délictuelle, la prescription est toutefois de trois ans.

La question sera de savoir si la prescription court à partir de 2008, date où le cardinal a été mis au courant, ou 2014, quand il a rencontré une victime et demandé à Rome des instructions, précise La Croix.

Le prêtre, âgé de 71, ans a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire “pour agressions sexuelles aggravées”, après que quatre plaintes ont été déposées en mai 2015. Il a aussi été placé sous le régime de “témoin assisté” pour trois “viols”. Selon l’association La Parole Libérée, il y aurait environ 45 victimes déclarées.

Resté actif pendant 25 ans

Le Père Preynat avait créé en 1972 une troupe scoute indépendante qui avait attiré jusqu’à 400 enfants. Selon les victimes, le prêtre entraînait des enfants de 7 à 11 ans à l’écart lors des camps, ou profitait des trajets en bus pour leur imposer gestes déplacés et attouchements.

Le prêtre lui-même a toujours reconnu les faits. Il avait écrit une lettre, en 1991, aux parents de François Devaux, affirmant: “Je n’ai jamais nié les faits qui me sont reprochés, ils sont pour moi une blessure profonde dans mon cœur de prêtre.” La même année, le prêtre sera finalement débarqué et envoyé chez les Petites Sœurs des pauvres. En 25 ans, il occupera plusieurs postes en France. C’est en découvrant, en 2014, que le prêtre était encore actif alors qu’elles le croyaient suspendu que des anciennes victimes ont interpellé l’archidiocèse. Bernard Preynat quittera finalement sa paroisse le 31 août 2015.

L’affaire suscite de fortes tensions dans le diocèse, assure La Croix. Certains paroissiens se sentent trahis. D’autres fidèles ne nient pas les faits mais ne comprennent pas pourquoi on ressasse ces scandales. (cath.ch-apic/cx/rz)


Mgr Alain Planet, évêque de Carcassonne et Narbonne, met en garde contre les dérives sectaires | www.aude.catholique.fr

France: mise en garde contre les dérives sectaires dans des communautés catholiques

L'incendie de Notre-Dame de Paris a provoqué une onde de choc mondiale | © Keystone

Notre-Dame de Paris: une première messe célébrée en petit comité

Actualités ›