International

Pologne: l'archevêque Lenga interdit de parole

Mgr Jan Paweł Lenga, ancien archevêque de Karaganda au Kazakhstan, qui a accusé publiquement le pape François d’hérésie, a reçu l’ordre de cesser de célébrer la messe en public. Le prélat de 69 ans a également été interdit de prêcher ou de parler aux médias.

Les sanctions ont été imposées par le diocèse de Włocławek, dans le centre de la Pologne, où l’archevêque a pris sa retraite après avoir servi au Kazakhstan. Mgr Lenga a immédiatement défié la décision en donnant une interview à une télévision, dans laquelle il a insisté sur le fait qu’il continuerait à s’exprimer.

L’abbé Artur Niemira, chancelier du diocèse de Włocławek, a déclaré à l’agence de presse catholique polonaise KAI que l’évêque local Mgr Wiesław Mering avait décidé d’imposer les mesures disciplinaires afin d’empêcher la propagation du scandale parmi les fidèles. Il a notamment expliqué que l’archevêque avait refusé de mentionner le nom du pape François au memento de la messe. La suspension restera en vigueur jusqu’à ce que le Saint-Siège rende un jugement sur l’affaire.

Le chancelier a indiqué que les sanctions prises contre Mgr Lenga répondent aux articles 392 et 763 du Code de droit canonique. Le canon 392 stipule que, afin de protéger l’unité de l’Église, «un évêque est tenu de promouvoir la discipline commune à toute l’Église et donc d’exhorter à l’observation de toutes les lois ecclésiastiques». Le canon 763 dit que les évêques ont le droit de prêcher partout, «à moins que l’évêque du lieu ne l’ait expressément défendu dans des cas particuliers».

«Bergoglio prêche le mensonge»

Mgr Lenga a vertement critiqué le pape François à plusieurs reprises. L’année dernière, dans une interview au journal Wiecz, il l’avait qualifié d’»usurpateur et d’hérétique».«Bergoglio prêche le mensonge, prêche le péché, et ne prêche pas une tradition qui a duré tant d’années, 2’000 ans… Il proclame la vérité de ce monde et c’est la vérité du diable».

En janvier 2020, l’archevêque est apparu dans l’émission de télévision polonaise Warto rozmawiać, ce qui a suscité des critiques de la Conférence des évêques polonais. Le porte-parole des évêques avait alors fait remarquer que l’archevêque n’était pas membre de la Conférence des évêques polonais et que ses déclarations ne pouvaient l’engager en aucun cas.

Co-auteur de la «Déclaration des vérités»

En juin 2019, Mgr Lenga était parmi les signataires de la «Déclaration des vérités» en 40 points. La déclaration, signée de cinq cardinaux et évêques prétendait traiter des «erreurs les plus courantes dans la vie de l’Église de notre temps», réaffirmant l’enseignement de l’Église sur des sujets tels que l’Eucharistie, le mariage et le célibat clérical.

Jan Paweł Lenga est né dans l’Ukraine actuelle en 1950. Il a été ordonné secrètement en 1980 en raison de la persécution de l’Église catholique par les Soviétiques. Membre des marianistes polonais de l’Immaculée conception (MIC), il a été nommé administrateur apostolique du Kazakhstan en 1991 puis archevêque de Karaganda en 1998, où il est resté jusqu’en 2011. Mgr Lenga s’est ensuite retiré dans une communauté des marianistes, dans le diocèse de Włocławek. (cath.ch/cna/mp)

L'archevêque polonais Mgr Jan Pawel Lenga a été interdit de parole | capture d'écran Youtube
28 février 2020 | 11:30
par Maurice Page
Partagez!