Vatican

Pour le cardinal Koch, l'œcuménisme fait partie intégrante de l'identité catholique

La communion entre les chrétiens ne peut croître que s’ils demeurent «de véritables disciples du Christ», a observé, le 7 juin 2019, le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens. Deux jours avant le lancement du service unique pour le Renouveau charismatique baptisé ‘Charis’, le haut prélat s’est adressé aux responsables des mouvements charismatiques réunis à Rome, dans une lettre.

En essayant de construire l’unité avec des moyens humains, les chrétiens ne peuvent qu’aboutir à «l’uniformité «et à «l’homogénéisation», a expliqué le cardinal Koch. A l’inverse, s’ils se laissent dirigés par l’Esprit-Saint, Il leur permettra «d’expérimenter la variété dans la communion de l’Eglise». Avec Lui, ils ne risquent aucun conflit, a-t-il insisté.

La communion entre les chrétiens ne peut donc croître que si les chrétiens demeurent «de véritables disciples du Christ». C’est grâce à Lui qu’il peuvent apprendre à bâtir des liens de communion. L’œcuménisme fait donc «partie intégrante» de la «véritable identité des catholiques», a déclaré le cardinal. Ainsi, il a invité tout particulièrement les théologiens à analyser les résultats des différents dialogues œcuméniques «avec prudence et dans un esprit de foi».

Manque de confiance

Pour le président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, ‘Charis’ est un instrument créé «pour la communion». Il a alors rappelé qu’à l’origine, le Renouveau charismatique a été semé chez d’autres chrétiens pour ensuite devenir «un cadeau aussi pour les catholiques». Pour partager ce don de l’Esprit-Saint à tous, a-t-il estimé, il est nécessaire de cultiver cette communion.

Dans de nombreux endroits du monde, a-t-il encore déploré, les relations des catholiques avec les autres chrétiens sont encore marquées par un «manque de confiance» ou par une «agressivité». En agissant de cette façon, les chrétiens désobéissent pourtant à la volonté du Christ et s’éloignent de leur «engagement œcuménique», a-t-il pointé.

L’un des objectifs de ‘Charis’ est de promouvoir la dimension œcuménique du Renouveau charismatique catholique et de se mettre au service de l’unité des chrétiens. (cath.ch/imedia/cg/mp)

 

Sous le regard de Joseph et Marie l'oecuménisme de la rencontre: Jerry Pillay Président de la CMER, cardinal Kurt Koch, Gottfried Locher, président de la FEPS, Justin Welby, primat de l'Eglise Anglicane, Margot Kässmann, Eglise évangélique d'Allemagne (photo Maurice Page)
7 juin 2019 | 14:30
par Maurice Page
Partagez!