Vatican

Pour le pape François, la calomnie est un «cancer diabolique»

  

Le faux témoignage et la calomnie sont un «cancer diabolique» visant à détruire, a affirmé le pape François lors de l’audience générale du 25 septembre 2019 sur la place Saint-Pierre. Reprenant l’exemple de saint Etienne, il a déclaré que les martyrs étaient les «vrais vainqueurs».

Les Actes des Apôtres, a relevé le pontife, montrent que face à la «pire des zizanies», celle du «murmure», les premiers chrétiens ont cherché et discerné ensemble des solutions: ils ont ainsi trouvé un équilibre entre annonce de la Parole et service de la charité, confiée à sept hommes sages et pieux.

Des diacres au service de la charité et non de l’autel

Il s’agit de diacres, a souligné le pontife, qui sont destinés au service de la charité et non de l’autel. Pour le pape, cette harmonie est le levain qui permet la croissance de l’Eglise.

Toutefois, l’un de ces diacres, Etienne, est victime de calomnies, la solution «la plus mesquine». Il ne s’agit de rien de moins que d’un «cancer diabolique», a asséné le chef de l’Eglise catholique, qui veut détruire la réputation de quelqu’un. Et toute la communauté s’en trouve gravement blessée lorsqu’elle se coalise pour «rouler dans la boue» une personne en raison d’intérêts mesquins ou pour cacher ses propres inaptitudes. 

Les martyrs sont les «vrais vainqueurs»

En raison de ces calomnies, a poursuivi le pape, Etienne est condamné à mort. Toutefois, il meurt en «fils de Dieu», car il pardonne à ses meurtriers. Ainsi, il est «alter Christus»: il met sa vie dans les mains du Père et pardonne à ceux qui l’offensent. Encore, aujourd’hui, a relevé le pape François, l’Eglise est «riche de martyrs», plus encore qu’aux premiers siècles. Pour lui, ce sont eux les «vrais vainqueurs», car ils ont respiré «oxygène du Royaume et l’ont fait pénétrer dans l’histoire».

La force de l’amour contre la violence et la guerre

S’adressant après son enseignement aux pèlerins francophones, le pape François les a invités à prier pour une «vie pleine, acceptant le martyre de la fidélité quotidienne à l’Evangile et la configuration au Christ». Selon lui, c’est cela qui révèle l’identité de fils de Dieu et non les beaux discours. Aux germanophones, il a conseillé de prendre exemple sur saint Etienne pour resplendir la «beauté du visage du Christ» par leur témoignage de foi et de charité.

Cette voie, a poursuivi le pontife en s’adressant cette fois aux hispanophones, doit être suivie avec pleine liberté et sans peur. Avec la force de l’amour, a-t-il insisté auprès des arabophones, «on peut lutter contre l’intimidation, la violence et la guerre» avec patience et paix.

En concluant l’audience générale, l’évêque de Rome a rappelé la fête deux jours plus tard, le 27 septembre, de saint Vincent de Paul. Son exemple de service joyeux et désintéressé en faveur des plus pauvres peut ouvrir au «devoir2 de l’hospitalité et au don de la vie. (cath.ch/imedia/xln/be)

Le pape François arrive à l'audience Place Saint-Pierre | © Antoine Mekary I.Media
25 septembre 2019 | 10:20
par I.MEDIA
Partagez!